Prévu pour le 27 février prochain, le départ de Discovery pour la Station Spatiale Internationale est de nouveau reporté en raison de problèmes techniques.
Cela vous intéressera aussi

Décidément, la NasaNasa n'a jamais eu de chances avec ses navettes, censées au départ à la fois sécuriser et rendre financièrement abordable le coût de la mise en orbiteorbite. Car non seulement plus personne n'ose invoquer l'argument sécurité depuis l’explosion en vol de Challenger en 1986 et la désintégration lors de la rentrée dans l'atmosphèreatmosphère de Columbia en 2003, mais encore le prix de revient par vol de ce lanceurlanceur réutilisable s'est avéré bien plus coûteux qu'au moyen d'un vecteur consommable.

A ce tableau, il faut aussi ajouter les coûts engendrés par les multiples reports pour raisons techniques, tel celui qui retarde encore le prochain lancement de Discovery.

Déjà reporté à plusieurs reprises, la dernière fois au 27 février, le prochain vol vient encore d'être ajourné à une date indéterminée, en raison d'un défaut constaté au niveau des valves de contrôle de débitdébit de carburant à bord de l'orbiteur. Celles-ci sont destinées à maintenir la pressionpression d'hydrogènehydrogène liquide à un niveau idéal à l'intérieur du gros réservoir externe durant les premières huit minutes et demie d'ascension.

Incident lors du dernier vol

Lors de la dernière mission, il avait en effet été constaté au retour que l'une d'entre elles s'était fissurée et aurait pu être à la source d'un sérieux problème de sécurité, bien que l'incident, non détecté lors du vol, n'ait pas eu de conséquence fâcheuse.

Les techniciens souhaitent cependant, pour des raisons évidentes, comprendre exactement ce qui s'est passé et remédier à ce qui pourrait être un défaut de conception ou de fabrication et ont pour cela programmé une série de tests. De leurs résultats dépendra la décision d'effectuer le lancement. Dans l'attente, aucune date n'a été déterminée.

La mission STS-119 aura pour tâche essentielle de délivrer à l'ISS le quatrième - et dernier - jeu de panneaux solaires, lui donnant enfin sa configuration définitive, à quelques détails près. Par la suite, huit vols de navettes sont encore prévus, ainsi qu'un neuvième à destination du télescope spatial Hubbletélescope spatial Hubble. Le parc des navettes restantes, à savoir Discovery, Atlantis et Endeavour, sera ensuite retiré du service.