Illustration de la sonde Osiris-Rex lors de son opération de prélèvement de matériaux à la surface de l'astéroïde Bennu. © Nasa
Sciences

La Nasa montre comment elle a mis en sécurité en urgence les échantillons prélevés par la sonde Osiris-Rex

ActualitéClassé sous :astéroïde , Osiris-Rex , mission Osiris-Rex

Mission accomplie : la sonde Osiris-Rex a réussi à sécuriser dans une capsule hermétique les échantillons qu'elle avait prélevés à la surface de l'astéroïde Bennu la semaine dernière. Cette dernière opération a permis à l'équipe de la mission de faire une étonnante découverte !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce sont tous les astéroïdes connus dans notre Système solaire  Regardez comme ils sont nombreux : voici tous les astéroïdes identifiés par les astronomes depuis le premier découvert en 1801. Le nombre de découvertes a littéralement bondi depuis la fin du XXe siècle. 

« Nous avons terminé l'opération avec succès », s'est félicité Rich Burns, chef du projet à la Nasa, dans une conférence téléphonique. Le bras collecteur de la sonde avait récupéré un gros volume de poussières et de fragments lors d'un contact de quelques secondes le 20 octobre dernier avec Bennu, mais trois jours plus tard, on apprenait que le clapet du compartiment de collecte ne parvenait pas à se refermer, et des fragments s'échappaient depuis dans l'espace, mettant en danger toute la mission, lancée en 2016 (voir article plus bas).

En urgence, le bras a transféré cette semaine sa cargaison lors d'une lente opération (environ 36 heures) dans la capsule, fixée au centre de la sonde et le couvercle de la capsule s'est refermé avec succès, selon des images de grande qualité transmises par Osiris-Rex.

À cette distance, chaque étape prenait deux heures, selon Sandra Freund de Lockheed Martin, car chaque message mettait 18,5 minutes à parvenir à la Terre, et l'équipe voulait vérifier chaque étape avant d'ordonner la suivante.

Osiris-Rex repartira de Bennu en mars 2021, avec un atterrissage de la capsule prévu le 24 septembre 2023 dans le désert de l'Utah aux États-Unis.

Au moins 400 grammes d’échantillons récupérés !

L'imprévu du clapet a forcé la Nasa à annuler une opération de pesage de l'échantillon. Les scientifiques ignorent donc exactement combien de particules de l'astéroïde la sonde a récupérées en réalité, mais ils peuvent deviner. Le chef de la mission Dante Lauretta estime que « des dizaines de grammes » ont été perdus à cause de la fuite. Mais selon lui, il en reste au minimum 400 grammes sécurisés, d'après les images, et sans doute beaucoup plus. « Nous sommes probablement au-delà d'un kilogramme », a ajouté M. Lauretta.

La surface de Bennu est comparable à une piscine de boule

Il a raconté que l'échantillonnage avait permis de découvrir que l’astéroïde était recouvert d'une couche de plusieurs mètres de particules « sans cohésion », en raison de la très faible gravité, comparable à une piscine à boules.

Osiris-Rex s'est probablement enfoncée de 48 centimètres dans le sol au moment du contact, sans rencontrer la moindre résistance, et si elle n'avait pas allumé ses propulseurs pour repartir dans l'autre sens, « nous serions sans doute passés à travers l'astéroïde, a dit Dante Lauretta. Il n'y a presque aucune force qui maintient les grains ensemble », a-t-il expliqué.

Si un astronaute tentait de marcher sur Bennu« il s'enfoncerait jusqu'aux genoux ou encore plus profond », a raconté, fasciné, le scientifique, ajoutant que ces données permettraient de recalibrer tous les modèles de géologie des astéroïdes.

Pour en savoir plus

La Nasa est en train de mettre à l’abri en urgence les cailloux prélevés par Osiris-Rex

Article de Relaxnews publié le 27 octobre 2020

La sonde américaine Osiris-Rex va commencer aujourd'hui une opération de plusieurs jours pour stocker dans une capsule hermétique les matériaux qu'elle a ramassés la semaine dernière à la surface de l'astéroïde Bennu.

La Nasa a confirmé ce lundi 26 octobre que la procédure de mise à l'abri des échantillons commencerait dès le lendemain. Les poussières et cailloux prélevés sur le sol de l’astéroïde Bennu se trouvent actuellement au bout du bras de plus de trois mètres de longueur, dans un compartiment duquel ils débordent, TagSam, et qui n'arrive pas à se refermer à cause de la taille de certains morceaux.

C'est ce bras qui a été en contact quelques secondes avec Bennu mardi dernier, point culminant d'une mission lancée de la Terre quatre ans plus tôt. Mais l'inquiétude avait laissé place à l'euphorie initiale à la Nasa vendredi après que la sonde Osiris-Rex a envoyé des images montrant plusieurs grammes de particules flottant autour du bras, confirmant une fuite (voir article plus bas).

Le but est de déposer le compartiment dans une capsule qui se trouve au centre de la sonde spatiale. Osiris-Rex doit repartir vers la Terre en 2021 et larguer la capsule de sorte qu'elle atterrisse aux États-Unis en 2023, avec ce que les scientifiques espèrent être le plus grand échantillon extraterrestre jamais rapporté sur Terre depuis les missions Apollo.

Sur cette image, on peut voir le compartiment TagSam, au bout du bras de la sonde spatiale, manœuvrer pour déposer les échantillons qu'il renferme dans la capsule de retour d'échantillons SRC (Sample Return Capsule). © Nasa, University of Arizona, Tucson

Une opération délicate qui se fera en plusieurs jours

L'urgence est de sécuriser la cargaison le plus vite possible, et l'équipe a donc décidé d'avancer le stockage au 27 octobre, au lieu du 2 novembre. « L'abondance de matières collectées sur Bennu justifie notre décision d'avancer le stockage », a déclaré Dante Lauretta, de l'université de l'Arizona et chef du projet.

La procédure durera plusieurs jours, selon la Nasa, car elle ne sera pas entièrement automatisée comme les opérations précédentes. Après chaque étape, la sonde renverra sur Terre des informations et des images pour que les scientifiques vérifient que le bras est aligné et qu'aucune particule ne risque de bloquer le stockage. Or la sonde est à 18 minutes-lumière et demi de distance : tout signal met donc plus de 18 minutes à arriver sur Terre, et vice-versa en direction d'Osiris-Rex. Le moindre dialogue dure donc 37 minutes.


Osiris-Rex : la Nasa inquiète des pertes des matériaux prélevés sur l’astéroïde Bennu

Article publié le 24 octobre 2020

La Nasa a annoncé vendredi 23 octobre que sa sonde Osiris-Rex avait réussi à collecter une très grande quantité de particules sur l'astéroïde Bennu en début de semaine, mais qu'il y en avait tellement que le compartiment de collecte n'arrive pas à se refermer, mettant en danger la mission de retour d'échantillons sur Terre.

La sonde spatiale Osiris-Rex doit rapporter sur Terre en 2023 ce qui serait, de loin, le plus grand échantillon extraterrestre depuis les missions Apollo sur la Lune, environ 400 grammes de poussières et petits cailloux collectés mardi 20 octobre. À condition néanmoins qu'elle arrive à les stocker hermétiquement pour le voyage du retour.

En effet, « une fraction substantielle de la masse récoltée est en train de s'échapper », a déploré Dante Lauretta, chef de la mission, lors d'une conférence téléphonique au ton moins euphorique que sa présentation mercredi, quand l'équipe se félicitait d'une opération s'étant déroulée « aussi bien qu'on l'espérait ».

Animation réalisées avec les images capturées par SamCam de la sonde Osiris-Rex, le 22 octobre. Comme on peut le voir, des échantillons s’échappent du compartiment circulaire, en raison d’un trop-plein lors du contact avec le sol de l’astéroïde, le 20 octobre. © Nasa

Des particules flottent autour du bras d’Osiris-Rex

Entre temps, la sonde s'est prise en photo sous tous les angles, et ses maîtres terrestres ont découvert avec stupeur un inquiétant nuage de particules flottant autour du bras de trois mètres de longueur.

La bonne nouvelle est que la sonde aurait récupéré de l'ordre de 400 grammes de fragments, soit bien plus que les 60 grammes minimum désirés, et en tout cas plusieurs centaines de grammes, selon le scientifique. Mais 5 à 10 grammes ont déjà été observés autour du bras ; en raison de la microgravité, les fragments se comportent comme des fluides.

« Ma grande inquiétude est que des particules s'échappent, nous sommes les victimes de notre succès », a lancé Dante Lauretta.

Par conséquent, l'opération de mesure de la masse par une rotation de l'appareil, initialement prévue ce samedi, a été annulée, car cela risquerait de faire sortir encore plus de fragments.

Les premières images du « touchdown » d'Osiris-Rex sur Bennu semblent prometteuses. © Nasa

Suspense jusqu’en 2023

L'urgence est désormais de réduire au minimum les activités de l'appareil, pour limiter les fuites, et de préparer au plus vite le stockage des échantillons dans la capsule qui se situe au centre de la sonde. Cela implique un mouvement du bras, et doit être préparé minutieusement par les ingénieurs. Elle aura peut-être lieu mardi.

Les fragments se trouvent en ce moment dans le compartiment circulaire au bout du bras. Mardi, le bras s'est collé quelques secondes sur le sol de l’astéroïde Bennu et a soufflé en même temps du gaz comprimé, faisant se soulever des particules qui ont été capturées à l'intérieur du bras, comme sous une cloche. Mais le bras s'est en réalité enfoncé de 48 centimètres en profondeur, à la surprise de la Nasa.

Le mécanisme de fermeture du compartiment est bloqué par des pierres. Osiris-Rex risque-t-elle de perdre son trésor ? Le volume de la fuite n'est pas encore bien connu, mais les scientifiques semblaient relativement confiants, et ont dit qu'il ne serait pas nécessaire de recommencer une opération d'échantillonnage.

« Nous pensons que nous sommes en train de perdre une petite fraction des matériaux, mais c'est plus que ce que je voudrais, je suis assez inquiet depuis que j'ai vu les images, a déclaré Dante Lauretta. Le plus prudent est de faire le stockage le plus prudemment possible afin de minimiser toute perte future ».

La sonde, lancée il y a plus de quatre ans, doit reprendre le chemin de la Terre en mars 2021, et atterrir dans l'Utah en septembre 2023. « Nous allons devoir attendre jusqu'au retour à la maison pour savoir précisément combien nous avons, et ça, comme vous l'imaginez, c'est difficile », a ajouté le scientifique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !