Sur cette image, l’émission de rayons X par le trou noir MAXI J0637-430. Une émission détectée par l’instrument Rexis embarqué à bord de la mission Osiris-Rex qui étudie l’astéroïde Bennu, le 11 novembre dernier. © Université de l’Arizona, MIT, Harvard, Goddard, Nasa

Sciences

Un trou noir détecté par hasard par la sonde Osiris-Rex

ActualitéClassé sous :trou noir , MAXI J0637-430 , Osiris-Rex

Hier, Osiris-Rex croisait à seulement 250 mètres au-dessus de l'astéroïde Bennu. Mais si la mission de la Nasa fait la une aujourd'hui, c'est parce qu'elle a, de manière totalement inattendue, observé un trou noir situé à 30.000 années-lumière de notre Système solaire.

Osiris-Rex, c'est une mission de la Nasa dédiée à l'étude de l'astéroïde Bennu, ou Bénou. Mais c'est bien son spectromètre Rexis, un instrument conçu par des étudiants et qui analyse comment la surface de l'objet céleste réfléchit les rayons X, qui vient d'observer un trou noir. Celui-ci avait été découvert une semaine plus tôt par une équipe japonaise depuis la Station spatiale internationale (ISS), à quelque 30.000 années-lumière de notre Système solaire. Son petit nom : MAXI J0637-430.

Le 11 novembre 2019, les observations ont en effet montré des émissions de rayons X dans une région située aux abords de l'astéroïde. Des émissions attribuées à MAXI J0637-430 et observées pour la toute première fois depuis l'espace interplanétaire par un engin situé à des millions de kilomètres de notre Terre.

Cette animation montre, l’émission de rayons X par le trou noir MAXI J0637-430 alors qu’il se déplace dans la ligne de visée de Rexis, l’instrument embarqué à bord de la mission Osiris-Rex. © Université de l’Arizona, MIT, Harvard, Goddard, Nasa

Rester ouvert à l’inattendu

Notons que notre atmosphère nous protège de ce type d'émissions de rayons X. Celles-ci ne peuvent donc être détectées que depuis l'espace. Elles se produisent lorsqu'un trou noir aspire la matière d'une étoile. C'est l'enroulement de cette matière autour du trou noir qui libère une quantité colossale d'énergie, sous la forme, notamment, de rayons X.

« Notre objectif était de former nos étudiants au développement et à l'exploitation d'instruments spatiaux, raconte Richard Binzel, professeur au MIT (Massachusetts Institute of Technology) dans un communiqué de la NasaIl s'avère que la grande leçon que nous avons tous apprise ici, c'est qu'il faut toujours rester ouvert à une découverte, aussi inattendue soit-elle ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Première image d’un trou noir supermassif : zoom sur l'environnement de M87*  Cette animation d’artiste représente un plongeon en direction d’un trou noir supermassif caché dans une bulle de gaz chaud. Il est entouré d’un disque d’accrétion où la matière est tellement chauffée qu’elle devient un plasma très lumineux à l’origine de jets de matière en relation avec la rotation d’un trou noir de Kerr. En l’occurrence ici il s’agit de M87*, le trou noir supermassif qui a livré la première image d’un tel objet en avril 2019 grâce aux membres de la collaboration Event Horizon Telescope (EHT).