Les Vikings ont été les premiers européens à traverser l'Atlantique. Ces navigateurs se sont notamment installés au Canada, il y a 1.000 ans. © Vlastimil Šesták, Adobe Stock
Sciences

Les Vikings étaient déjà en Amérique du Nord il y a 1.000 ans !

ActualitéClassé sous :anthropologie , archéologie , Vikings

La première traversée de l'Atlantique par les Européens a été effectuée par les Vikings. Afin de connaître la date à laquelle ce peuple s'est installé au Canada, des chercheurs utilisent un repère temporel inhabituel : une tempête solaire massive.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] En vidéo : l'Anomalie atlantique sud  Décrite pour la première fois en 1958, l'Anomalie atlantique sud est une région dotée d'un faible champ magnétique, dont les mécanismes confondent encore les scientifiques. De récentes études proposent de nouvelles hypothèses. 

Christophe Colomb est peut-être l'Homme le plus connu à avoir effectué l'une des plus anciennes traversées de l'Atlantique, il n'est pourtant pas le premier. S'il est en effet arrivé en Amérique à la fin du XVe siècle, pensant être la première personne du vieux continent à y mettre le pied, des Vikings s'y étaient déjà installés 500 ans avant lui. C'est en tout cas ce que relate une étude publiée dans le journal Nature. Le fait que les Vikings sont bien les premiers européens à avoir traversé l'Atlantique n'est pas un fait nouveau mais la date exacte à laquelle les Vikings étaient présents en Amérique du Nord demeurait imprécise et était estimée aux alentours du premier millénaire.

Il existe un seul site américain qui ait été attribué de façon certaine aux Vikings

Il existe un seul site américain qui ait été attribué de façon certaine aux Vikings. Ce site se situe dans le Newfoundland (Terre-Neuve), au Canada, et se nomme l'Anse aux Meadows. Ce site a également été identifié comme étant un camp de base à partir duquel les Vikings partaient explorer d'autres territoires, dont certains beaucoup plus au sud. La datation imprécise de l'Anse aux Meadows était jusque-là fondée sur des restes architecturaux, quelques objets et des sagas islandaises écrites plusieurs siècles après l'arrivée des Vikings. Le contenu de ces récits était d'ailleurs en contradiction avec certaines datations au radiocarbone qui avaient été effectuées sur des restes archéologiques présents sur le site ; lesquelles datations indiquent que la présence des Vikings en Amérique a été de courte durée (l'ère viking est définie entre 793 et 1066 après J.-C.).

Repérer une tempête solaire dans les cernes des arbres

Comment les auteurs de l'étude ont-ils donc pu déterminer que des Vikings se trouvaient à l'Anse aux Meadows il y a exactement 1.000 ans, soit en l'an 1021 ? Ils se sont appuyés sur un événement solaire détecté dans les cernes des arbres... Pour comprendre comment ils s'y sont pris, il faut tout d'abord savoir que la production de carbone 14 est en moyenne de 2‰ par an, un fait qui a été mesuré dans les cernes des arbres au cours du temps. Or, à cause de radiations cosmiques provoquées par une tempête solaire massive, cette production de carbone 14 a subitement augmenté jusqu'à 12‰au cours des années 775 et 993. Les traces de cette augmentation sont présentes dans les cernes des arbres dans le monde entier.

Les cernes du bois sont visibles au microscope sur un fragment de bois issu d'objets vikings. © Petra Doeve

Les chercheurs ont donc tenté de trouver cette anomalie de l'année 993 dans trois objets attribués aux Vikings. Ils ont ensuite compté les cernes à partir de cette anomalie jusqu'au cerne le plus externe des pièces de bois, qui indique la date de la mort de l'arbre. Les trois objets avaient été taillés dans des arbres différents et les datations des matériaux renvoyaient toutes à l'année 1021.

Quatre objets présentant des traces de coupe effectuées par les Vikings ont été inclus dans l'étude mais seulement trois contenaient la marque de la tempête solaire de 993. Les croix indiquent les localisations d'échantillons analysés. Les barres d'échelle représentent 5 centimètres. © Kuitems et al, 2021

Les auteurs ajoutent par ailleurs que les sagas islandaises mentionnent des échanges entre les Vikings et les groupes indigènes d'Amérique. Cependant, aucune donnée sur des peuples du Groenland actuels ne corrobore ces éléments historiques car aucune trace de transmission de pathogène ni d'information génétique, qui pourrait avoir été le fruit de lointains contacts avec les Vikings, n'a été trouvée. Les futures recherches seront donc dirigées vers la compréhension des activités des Vikings et des conséquences de leur traversée de l'Atlantique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !