L'Homme moderne était présent en Amérique pendant le dernier maximum glaciaire. © Anibal, Adobe Stock
Sciences

L'Homme était déjà présent en Amérique il y a 23.000 ans !

ActualitéClassé sous :homme préhistorique , bactéries , séquençage de l'ADN

À quelle période et par quels moyens l'Homme est-il arrivé pour la première fois en Amérique du Nord ? Les réponses à ces questions demeurent encore parcellaires mais une récente découverte apporte de nouvelles informations.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un jeune rhinocéros laineux découvert presque intact en Sibérie  Dans le permafrost sibérien, un russe a découvert les restes d'un jeune rhinocéros laineux. Son état de conservation est tel que certains de ses organes sont encore intacts. Selon les premières analyses, ce jeune serait mort noyé, il y a plus de 20.000 ans. 

L'arrivée de l'Homme en Amérique constitue la dernière phase de la « sortie d'Afrique » des humains modernes, au cours de la fin du Pléistocène. La date de cette arrivée est pourtant controversée et les estimations s'étendent entre -20.000 et -13.000 ans. Ces incertitudes sont notamment dues au fait que les objets culturels ou les fossiles ont une provenance incertaine.

Une étude parue dans le journal Science permet en revanche de dater une présence humaine en Amérique avec certitude car ce sont des empreintes fossiles qui ont été analysées.  

Des traces de pas humains ont été datées d'il y a au moins 23.000 ans, en Amérique du Nord. © Bennett et al, 2021

Des empreintes de pas... et la division du travail ?

Contrairement aux fossiles conventionnels, les empreintes de pas humains fossilisées attestent incontestablement de la présence humaine en un lieu donné. Elles permettent de dater cette présence lorsqu'elles sont découvertes dans une séquence sédimentaire dont la chronologie est bien connue.

Des empreintes de pas humains ont ainsi été datées d'il y a au moins 23.000 ans, soit au cours du dernier maximum glaciaire, au niveau du Parc national de White Sands, au Nouveau-Mexique. La plupart des empreintes sont celles d'enfants et d'adolescents, ce que les auteurs expliquent par la division du travail. Les activités qui requéraient de l'expérience étaient en effet probablement réalisées par des adultes alors que les plus jeunes transportaient des matériaux ou des denrées.

Pour en savoir plus

La colonisation de l'Amérique par l'Homme racontée par des bactéries

Si l'Homme moderne est venu d'Afrique, comment savoir, lorsque les fossiles ne suffisent pas, quelles sont les routes qu'il a empruntées pour coloniser les terres émergées de la Planète ? Il est pour cela possible d'analyser les souches bactériennes des populations humaines pour comprendre quel fut le périple de nos ancêtres.

Article de Fidji Berio, publié le 19/06/21

Les bactéries sont souvent perçues négativement par l'être humain, or notre survie dépend largement de certaines d'entre elles qui constituent notamment notre microbiote intestinal et peuvent représenter jusqu'à 2 kg de la masse totale d'un adulte. La composition des flores bactériennes varie d'un individu à l'autre en fonction, par exemple, du régime alimentaire, mais aussi de la population humaine au sein de laquelle elle est présente.

Une équipe de chercheurs de l'Université de Venda, en Afrique du Sud, menée par le professeur Yoshan Moodley s'est intéressée aux séquences génétiques de la bactérie Helicobacter pylori, car elle est présente dans l'estomac de la moitié de la population humaine actuelle ; l'objectif étant de trouver l'origine de la colonisation de l'Amérique du Nord par l'Homme. Les auteurs de l'étude publiée dans PNAS le 14 Juin ont mis en évidence une nouvelle sous-population de cette bactérie en Sibérie. Ils se sont appuyés sur une base de données existante contenant les séquences génétiques de H. pylori et sur une méthode statistique comparative pour résoudre l'énigme de la première arrivée de l'Homme moderne aux Amériques.

Les chercheurs montrent aujourd'hui que l'une des populations de bactéries présente chez un peuple indigène en Amérique était courante sur une large échelle chez les humains de Sibérie. Cette découverte suggère donc que la population américaine en question a une origine sibérienne. Les modèles génétiques fournissent également un scénario de colonisation qui aurait probablement consisté en un seul événement migratoire il y a 12.000 ans.

Helicobacter pylori est une bactérie vivant dans l'estomac de la moitié de la population humaine mondiale et qui a différents génotypes en fonction des populations qu'elle colonise. © Yutaka Tsutstumi, Wikipedia, DP

L'ère glaciaire propice aux migrations humaines

Les auteurs rappellent que l'Homme moderne est apparu en Afrique et qu'un petit groupe a quitté ce continent il y a environ 60.000 ans pour s'établir en Eurasie. Près de 50.000 ans plus tard, au terme de l'ère glaciaire, l'Homme moderne avait déjà atteint le continent américain et parcouru le plus long trajet possible, s'il a été fait à pied, depuis l'Afrique. Il est aujourd'hui, impossible d'effectuer ce voyage en marchant, mais il y a 12.000 ans la Terre était entrée dans une période de glaciation, ce qui implique que la quantité d'eau gelée aux pôles était beaucoup plus importante que ce que l'on observe aujourd'hui et que le niveau de la mer était au moins 100 mètres plus bas par rapport à celui que l'on connaît actuellement.

La discrète et petite population sibérienne que les auteurs ont identifiée grâce à H. pylori a donc pu emprunter un passage formé par des terres émergées entre l'Eurasie et l'Amérique du Nord. Cette route aujourd'hui disparue leur a permis d'atteindre un territoire vierge de toute occupation humaine et de le coloniser progressivement, donnant ainsi naissance aux Américains indigènes qui le peuplent de nos jours.

---

Découvrez Fil de Science ! Chaque vendredi, dès 18h30, suivez le résumé des actualités scientifiques de la semaine, décryptées pour vous par les journalistes de Futura.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !