Sciences

Solar Impulse : l'avion solaire réussit son premier vol !

ActualitéClassé sous :aéronautique , Solar Impulse , avion solaire

Ce matin, l'immense oiseau de 63 mètres d'envergure s'est envolé de la piste de Payerne, en Suisse, pour un vol tout électrique de 87 minutes jusqu'à 1.200 mètres d'altitude. La victoire est totale pour l'équipe réunie autour de Bertrand Piccard, qui programme pour 2012 un tour du monde à bord de cet avion solaire.

L'immense avion électrique Solar Impulse HB SIA effectue sa première balade aérienne ce 7 avril 2010 au-dessus de l'aérodrome de Payerne (Suisse, canton de Vaud). © Solar Impulse / Stéphane Gros

A 10 h 30 ce matin, la météo était bonne à Payerne dans le canton de Vaud. Le Solar Impulse immatriculé HB SIA, 63,40 mètres d'envergure pour 1.600 kg seulement, propulsé par quatre moteurs électriques de 10 chevaux chacun, s'est élancé sur la longue piste de trois kilomètres. A environ 40 km/h, après avoir avalé environ 1.000 mètres de piste, l'avion, piloté par Markus Scherdel, a décollé et a commencé une montée très lente.

On est très loin du décollage d'un Airbus (la comparaison est à peu près dénuée de sens mais, tout de même, l'envergure du HB SIA dépasse - de peu - celle d'un A340). Le Solar Impulse, lui, ne peut compter que sur une puissance maximale de 40 chevaux seulement et tire son énergie de batteries électriques (400 kg), rechargeables en vol grâce aux 11.628 cellules photovoltaïques qui captent les rayons du Soleil.

Le Solar Impulse, premier du nom, alias HB SIA, vole ! Suivi par un hélicoptère, il effectue en ce 7 avril 2010 ses premiers essais en vol, aux mains de Markus Scherdel. © Solar Impulse / Keystone / Laurent Gillieron

Depuis 2003, l'équipe conduite par Bertrand Piccard (médecin psychiatre, mais aussi aéronaute, fils de Jacques, l'homme le plus profond du monde, et petit-fils d'Auguste, l'homme le plus haut) et André Borschberg (pilote professionnel) poursuit lentement mais sûrement le projet fou d'un avion solaire capable d'effectuer un tour du monde, prévu pour 2012. Le 9 novembre 2009, l'avion, dont presque tout a dû être réinventé, s'est aventuré hors de son hangar et a effectué ses premiers tours de roues, avec Markus Scherdel aux commandes. Quelques semaines plus tard, le 3 décembre, l'avion solaire géant s'offrait son premier décollage.

Tours de pistes avant le tour du monde

L'étape suivante, c'était aujourd'hui : un vrai vol pour un essai de l'avion par le même Markus Scherdel, avec montée, virages, approche et atterrissage. Avec son envergure, sa faible puissance, sa vitesse de croisière d'environ 70 km/h et des solutions techniques originales un peu partout, le Solar Impulse est un avion inconnu, impossible à simuler intégralement sur un ordinateur (même si l'équipe a réalisé un simulateur, qui sert à la mise au point). « Jamais un avion aussi grand et aussi léger n'a volé auparavant ! » a expliqué André Borschberg. Une seule solution pour comprendre son comportement (explorer son domaine de vol, dit-on en aéronautique) : voler avec.


Au-dessus de Payerne, dans le canton de Vaud, devant de nombreux spectateurs, dont beaucoup ont arrêté leur voiture pour regarder le spectacle de cet immense et curieux avion, le Solar Impulse entame ses premiers essais en vol.

Le pilote d'essai a amené l'avion jusqu'à 1.200 mètres (l'aérodrome de Payerne est situé à environ 450 mètres d'altitude) et a commencé quelques manœuvres. Rien n'a cassé... Après plus d'une heure de circonvolutions, Markus Scherdel a entamé la descente et posé le frêle esquif après un vol de 1 h 27 minutes.

La victoire est totale. Aucun incident n'a été noté et le programme de travail va pouvoir se poursuivre. Comme l'a souligné Bertrand Piccard après le vol, le chemin est encore long avant le tour du monde. « C'est un grand jour pour Solar Impulse, mais le pas de géant pour l'aviation, ce sera quand nous pourrons voler jour et nuit sans carburant ! ». Aujourd'hui, en effet, l'énergie provenait des batteries électriques de bord. La prochaine étape importante sera un vol de nuit pour tester la charge des batteries par les cellules photovoltaïques et la restitution de l'énergie jusqu'au lever de soleil suivant.

Ensuite, le HB SIA aura rempli son rôle de prototype et laissera en 2011 la place au HB SIB, qui, lui, devrait s'élancer en 2012 pour un tour de la planète sans carburant...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi