Cela vous intéressera aussi

Dans le film Goldfinger, Jill Masterson, la secrétaire, est recouverte d'une peinture dorée et en meurt. James Bond affirme qu'elle est morte d'« asphyxieasphyxie de la peau » et que les danseurs professionnels laissent une petite zone non recouverte en bas de leur colonne vertébralecolonne vertébrale pour éviter l'asphyxie.

Il se trouve que nous ne respirons pas par la peau : ce sont nos poumonspoumons qui collectent l'oxygèneoxygène, qui est ensuite transporté par notre sang. La peau absorbe directement l'oxygène de l'airair et rejette le dioxyde de carbone: c'est la respiration cutanée.

Nous ne pouvons donc pas mourir d'asphyxie de la peau. Mais, si notre peau était couverte de peinture ou d'un autre produit empêchant nos glandesglandes sudorales de fonctionner, notre corps surchaufferait. En conséquence, nos organes vitaux comme notre coeur ou nos poumons s'arrêteraient, ce qui serait fatal. Il faut donc respecter la perméabilité de la peau pour bien l'oxygéner.