Santé

Rôle des bactéries

Dossier - Les bactéries, leur monde et nous
DossierClassé sous :biologie , bactérie , microbiologie

-

Ce dossier permettra de faire connaissance avec le monde des bactéries, ces organismes minuscules mais présents partout : leur définition, leur mode de vie, leur histoire...

  
DossiersLes bactéries, leur monde et nous
 

Une autre conséquence, tout aussi importante, est souvent ignorée. C'est un équilibre entre les organismes produisant et les organismes consommant l'O2, tel que la concentration globale d'O2 dans l'air reste constante au niveau de l'atmosphère de la Planète entière !

Quel est le rôle des bactéries ? © Ersi, Pixabay, DP
Représentation simplifiée du cycle de l'azote, illustrant les différentes étapes de ce cycle et le rôle nodal des bactéries dans ce cycle. © Nojhan, CC Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 Unported

Cyanobactéries, bactéries et cycle de la matière

Même maintenant, les bactéries, surtout les bactéries photosynthétiques (cyanobactéries) continuent à jouer un rôle non négligeable à côté des algues planctoniques, et des forêts.

Et ce n'est pas tout. La composition de notre atmosphère reste constante aussi quant à ses autres constituants. L'azote de l'air (N2), n'est utilisé que par quelques espèces bactériennes souvent en symbiose avec des plantes, comme celles qui forment les nodules des légumineuses, et qui produisent des acides aminés utilisables par les plantes (voir la partie sur les relations symbiotiques des bactéries). Celles-ci le transfèrent aux herbivores qui le passent aux carnivores, qui sont, après leur mort, transformés par toute une série de bactéries, dont certaines recyclent l'azote en N2 de l'air.

Dans ce que l'on nomme les « cycles de la matière », qui maintiennent l'homéostasie de la biosphère, les bactéries ne sont certes pas les seuls organismes à jouer un rôle, mais leur rôle est toujours important, et dans certains cas, comme celui de l'azote, elles sont les seules à pouvoir effectuer certaines étapes. Cette formidable activité de recyclage, où les bactéries représentent un maillon indispensable, a maintenu la composition de l'air constante, l'augmentation locale d'un constituant, entraînant l'augmentation de l'activité des organismes (surtout les bactéries) qui le diminuent. Et ceci a duré jusqu'à ce que la civilisation industrielle incontrôlée, commence à trop augmenter la concentration du CO2, ce qui nous montre qu'elles ne peuvent cependant travailler que dans certaines conditions, entre certaines limites, et que tout n'est pas possible. Ainsi à l'heure actuelle, la surproduction de gaz carbonique (CO2) par l'activité humaine ne peut plus être compensée par le travail de la photosynthèse (elle même réduite par les déforestations massives, que les bactéries ne peuvent pas remplacer si rapidement).

Ce que les bactéries, dans leurs rapports avec leurs environnements, pourraient nous apprendre, c'est que le recyclage est un élément fondamental du maintien des conditions de vie du très local (le microscopique) au très global (toute l'atmosphère). C'est aussi que la biosphère est un réseau complexe et unifié où toutes les étapes sont importantes, même celles qui semblent les plus petites. Ce réseau se maintient en homéostasie dans une large fourchette de conditions, mais si on dépasse les limites, on ne peut pas prévoir ce qui peut se passer, car tout est interconnecté.