Très commun en France et plus généralement dans toute l'Europe, le gui est un sous-arbrisseau vivant en parasiteparasite sur les branches d'arbres comme le pommier ou le peuplier. Ses tiges ramifiées portent des feuilles persistantesfeuilles persistantes et coriaces. Ses fleurs qui ont une nuance jaunâtre, sont groupées à l'aisselle des feuilles. La tradition veut que les druides - tous les druides et pas seulement Panoramix... - l'aient utilisé pour ses vertus médicinales. Le baiser sous le gui est devenu un incontournable de la nuit de la Saint-Sylvestre...

Les feuilles du gui, récoltées à l'automneautomne, sont utilisées en phytothérapiephytothérapie. Rapidement séchées, elles prennent une teinte jaune-vert. Malgré leur saveur amère elles sont utilisées en infusioninfusion. Elles entrent également dans la composition de gélulesgélules ou d'autres spécialités pharmaceutiques. La toxicitétoxicité des constituants de la feuille de gui (les viscotoxines et les lectines) est avérée. Ses baies, elles aussi, renferment des principes actifsprincipes actifs qui ne sont pas sans danger. Le gui est donc une plante à ne pas utiliser sans avis médical.

Le gui pour faire baisser la tension artérielletension artérielle...

Ses propriétés hypotensives lui permettraient de faire baisser la tension artérielle et de réguler le rythme cardiaque. AnxiolytiqueAnxiolytique et hypnotiquehypnotique à faible dose, il soulagerait les angoisses, les maux de tête et favoriserait la concentration.

Source : Phytothérapie, la santé par les plantes, Vidal Éditeur