Les pesticides au métam-sodium définitivement interdits en France

Classé sous :Corps humain , pesticide , intoxication

L'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a annoncé ce lundi 5 novembre le retrait des autorisations de mise sur le marché des produits à base de métam-sodium. La mesure prendra effet à partir de fin janvier 2019, sachant que la suspension d'utilisation du métam-sodium, annoncée par le gouvernement il y a quelques jours, court jusque-là.

L'Anses explique ainsi sa décision : « l'ensemble [des usages des produits à base de métam-sodium] représente un risque pour la santé humaine et l'environnement ». Le métam-sodium a fait grand bruit en octobre lorsque 80 personnes environ ont été intoxiquées suite à un mauvais épandage de ce pesticide, utilisé pour les cultures maraîchères et l'horticulture.

L'Anses a annoncé le retrait de mise sur le marché du pesticide métam-sodium. Le gouvernement en avait suspendu l'utilisation jusqu'au 31 janvier 2019 suite à des dizaines de cas d'intoxications survenues en Maine-et-Loire. © Zeynel Cebeci, Wikimedia commons, CC By-SA 4.0
Pour en savoir plus

Le métam-sodium temporairement interdit par le gouvernement

Publié le 29/10/2018

Le gouvernement a annoncé le 26 octobre dans le Journal officiel sa décision de « suspendre l'utilisation des produits phytopharmaceutiques contenant la substance active "métam" ou "métam-sodium" » jusqu'au 31 janvier 2019. L'interdiction répond aux signalements de dizaines de cas d'intoxications en Maine-et-Loire au cours du mois d'octobre, provoquées par des émanations du pesticide métam-sodium qui avait été répandu sur des cultures maraîchères.


Des dizaines d'intoxications au pesticide métam-sodium en Maine-et-Loire

Publié le 15/10/2018

Des dizaines de personnes ont été intoxiquées par un pesticide, le métam-sodium, la semaine dernière en Maine-et-Loire, après sa pulvérisation sur des champs maraîchers. Le mardi 9 octobre, une première « vague » d'intoxications touchant 61 personnes a été recensée dans la commune de Brain-sur-l'Authion. Le vendredi 12 octobre, 15 nouveaux cas ont été reportés à Mazé-Milon, une commune voisine. Les victimes - des riverains, des ouvriers agricoles et des pompiers appelés sur place - présentaient des symptômes pouvant aller d'une irritation des yeux et des voies respiratoires aux vomissements. Plusieurs d'entre elles ont dû être hospitalisées. Les ouvriers des exploitations agricoles, directement en contact avec le pesticide, ont souffert des symptômes les plus sévères.

Les deux incidents sont survenus après l'épandage du pesticide dans des champs situés à proximité. Des émanations incontrôlées se sont produites : la substance s'est évaporée car la température du sol était anormalement élevée pour cette période. Pour empêcher ce phénomène, le pesticide aurait dû être injecté directement dans le sol et le champ arrosé dans la foulée. Suite aux intoxications, le préfet de Maine-et-Loire a suspendu temporairement l'usage du métam-sodium. Ce pesticide est déjà interdit dans une douzaine de pays de l'Union européenne, mais il est encore autorisé par dérogation en France.