Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 5 chiffres fous du coronavirus Taille du virus, somme dépensée pour les masques, nombre de mutations... Le SARS-CoV-2 cumule null

Et un de plus ! Après le sud-africain, le brésilien, l'indien, ou le variant de Bordeaux, voici le variant vietnamien. Le ministre de la Santé du Vietnam, Nguyên Thanh Long a annoncé, lors d'une conférence en ligne le 29 mai, la découverte d'un virusvirus combinant les particularités des variants anglais (B.1.1.7) et indien (B.1.167.2). « La caractéristique principale de ce virus est qu'il se transmet rapidement dans l'airair. La concentration de virus dans la gorge et la salivesalive augmente rapidement, et il se répand très vite dans l'environnement proche, a indiqué le ministre. Les cultures de laboratoire montrent également que ce virus est beaucoup plus transmissible que les types précédemment connus, et qu'il se réplique très rapidement ». Au moins quatre cas auraient déjà été signalés au Vietnam, selon le journal VN Express.

Voir aussi

Covid : cinq raisons de ne pas (trop) s'inquiéter des variants

Pas de raison de paniquer pour autant. D'une part, retrouver des virus combinant des mutations déjà observées sur d'autres variants est assez commun. En février, un virus hybridehybride entre les variants anglais et californien avait déjà été découvert. D'autre part, les annonces du ministre reposent sur des expériences menées en laboratoire ; or, la façon dont le virus se comporte dans la vie réelle peut être très différente. En réalité, le Vietnam cherche surtout à trouver une explication à la « deuxième vaguevague » de Covid-19Covid-19 à laquelle il est confronté. Le pays était jusqu'ici un élève modèle de la pandémiepandémie avec seulement 7.168 cas et 47 morts pour 98 millions d'habitants. Mais la moitié de ces cas ont été enregistrés durant le dernier mois seulement. Comme tous les pays ayant adopté la stratégie « zéro Covid », le Vietnam a, en revanche, un très faible taux de vaccinationvaccination. À peine un million de personnes ont jusqu'ici été vaccinées, soit 1 % de la population.