Un nouveau variant breton du coronavirus échappe aux tests PCR

Classé sous :Coronavirus , variant du SARS-CoV-2 , Bretagne

[EN VIDÉO] Comment fonctionne le test salivaire ?  Les tests salivaires ont une sensibilité moindre que les tests nasopharyngés. 

Un nouveau variant du coronavirus SARS-CoV-2 a été identifié chez huit patients en Bretagne le lundi 15 mars, a annoncé la Direction générale de la Santé (DGS). Ces malades, rattachés à un cluster,  présentaient des symptômes de Covid-19 mais avaient été testés négatifs au test RT-PCR, pourtant considéré comme le plus fiable. « Ce nouveau variant dérivé du clade 20C est porteur de neuf mutations dans la région codant pour la protéine S [qui sert au virus à pénétrer dans la cellule, ndlr], mais également d'autres régions virales », avance le communiqué de la DGS.

« Les premières analyses de ce nouveau variant ne permettent pas de conclure à une gravité ni à une transmissibilité accrues par rapport au virus historique », complète un autre communiqué. Mais cette découverte est surtout préoccupante en ce qui concerne la détection : « Un défaut de reconnaissance par les tests virologiques peut conduire à un sous-diagnostic et [est] susceptible d'interférer avec la stratégie de dépistage et de contact-tracing actuellement en vigueur », s'inquiète la DGS.

Se pourrait-il que ce nouveau variant explique en partie la très faible contamination en Bretagne qui aurait donc été sous-estimée par les tests ? Dans le Finistère, le taux d'incidence ne dépasse pas les 74 pour 100.000 habitants, soit trois fois moins que la moyenne nationale. Peu probable car on n'observe pas non plus une flambée d'admissions dans les hôpitaux de la région. Reste à savoir si ce nouveau variant a vocation à se diffuser comme le variant anglais ou s'il s'agit d'une énième mutation du virus appelée à rapidement disparaitre.

Un variant breton porteur de plusieurs mutations sur la protéine S semble échapper aux tests RT-PCR. © millenius, Adobe Stock