Certains virus transforment les cellules qu'ils infectent en cancer. © Peterschreiber.media, Adobe stock
Santé

Comment un virus peut transformer une cellule en cancer ?

ActualitéClassé sous :Virus , cancer , Cellules

Certains virus peuvent transformer les cellules qu'ils infectent en cancer. Une nouvelle étude menée sur le HTLV-1, qui provoque des leucémies, nous en apprend plus sur les mécanismes en jeu. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Helicobacter pylori, seule bactérie responsable de cancers gastriques  L’estomac de la moitié de la population humaine mondiale est infecté par la bactérie Helicobacter pylori. Ce micro-organisme peut être à l’origine d’ulcères voire parfois de cancers gastriques. L’Institut Pasteur a interviewé Hilde De Reuse, chef de l’unité Pathogenèse de Helicobacter, afin de nous en apprendre un peu plus sur cette bactérie et sur les recherches de son laboratoire. 

Les virus oncogènes sont des virus transformant les cellules qu'ils infectent en cancer. Ce processus est lent et le cancer n'apparaît que des années après l'infection initiale. D'ailleurs, ce n'est pas systématique, des patients infectés par un virus oncogène peuvent vivre sans jamais développer de cancer

Une équipe de l'Imperial College de Londres, en collaboration avec l'université de Kumamoto au Japon s'est intéressée aux mécanismes qui transforment peu à peu une cellule infectée par un virus oncogène en cancer. Leur sujet d'étude est le HTLV-1, un rétrovirus spécifique des lymphocytes T. On estime entre 5 et 10 millions le nombre de personne infectées par ce virus, mais seulement 3 à 8 % d'entre elles développent un cancer virulent, le lymphome à cellules T de l'adulte ou ATL.

Le HTLV-1 vu au microscope électronique. © Domaine public

Des cellules infectées et hyperactives

Les scientifiques ont analysé les cellules sanguines mononuclées de douze volontaires sains, et trois infectés par HTLV-1. Ils ont observé que les patients cancéreux, les lymphocytes T sont suractivés. Ils produisent en quantité anormale des protéines qui entretiennent leur prolifération constante et qui empêche le système immunitaire de les détruire.

Cet état de surexcitation est induit par la présence de la protéine Tax de HTLV-1. Des cellules qui prolifèrent trop sont plus sensibles aux dommages à l'ADN, ce qui facilitent leur transformation en cancer

Une meilleure compréhension des mécanismes de cancérisation des cellules par les virus conduit aussi à l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques. « Par exemple, l'activation chronique des lymphocytes T pourrait être arrêtée par des molécules qui bloquent les voies de signalisation qui indiquent aux cellules d'être actives », explique Masahiro Ono, de l'université de Kumamoto. Sinon, les traitements pourraient aussi cibler les protéines que les lymphocytes T suractifs sécrètent pour proliférer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !