Santé

Plusieurs morts dans les hôpitaux français dus à une bactérie...

ActualitéClassé sous :vie , bactérie , multirésistante

-

La Direction générale de la santé (DGS) vient d'émettre un communiqué d'alerte sanitaire après la mort de 18 personnes dans 21 établissements de santé du nord de la France. La responsable est une bactérie multi-résistante aux antibiotiques, ayant infecté 112 personnes depuis l'été dernier.

La bactérie incriminée est Acinetobacter baumannii, une bactérie fréquemment rencontrée en milieu hospitalier. C'est un bacille à gram négatif, aérobie strict, immobile, couramment rencontré dans la flore cutanée normale de l'Homme. Environ 20 à 25 % des individus sains sont porteurs de cette bactérie. Cette bactérie opportuniste est en revanche mortellement dangereuse pour les patients dont le système immunitaire est fragilisé, comme c'est le cas de la majorité des patients des services de soins intensifs.

Cette bactérie est résistante à de très nombreux antibiotiques, dont les pénicillines, les aminosides, les céphalosporines et les quinolones. Cependant, dans la plupart des cas, ce germe demeure sensible à divers antibiotiques tels que l'imipénème, la colistine, la rifampicine. Dans ces cas là, le traitement repose sur la prescription simultanée de deux antibiotiques. Cependant, la particularité de la bactérie ayant provoquée la mort de 18 personnes est que l'imipénème est le seul antibiotique encore actif contre elle. Et il ne peut être exclu qu'en cas d'aggravation de l'épidémie une souche résistante à ce dernier antibiotique apparaisse.

L'imipénème fait partie d'une nouvelle famille d'antibiotique appelée les carbapénémes. Cet antibiotique est très résistant aux b-lactamases (enzymes fabriquées par les bactéries, dégradant les antibiotiques de la famille des b-lactamines). L'imipénème est l'antibiotique disponible ayant le plus large spectre d'action. En effet, il est actif contre la majorité des germes à gram positif et négatif qu'ils soient aérobies ou anaérobies (sauf le staphylocoque Méti-R et les pseudomonas). Son utilisation est réservée en traitement curatif des infections nosocomiales graves, afin de préserver son activité sur les souches multi-résistantes, en limitant l'apparition de souches résistantes. Il est généralement associé à un inhibiteur d'une enzyme rénale, afin de limiter sa dégradation par le corps humain.

Une meilleure hygiène pour lutter contre la maladie

Acinetobacter baumannii se transmet par contact physique. Ainsi une hygiène irréprochable devrait permettre de limiter la progression de la maladie. Il semble que le grand nombre d'établissements touchés soit du au fait que de nombreux patients ont été transférés d'un hôpital à un autre, favorisant ainsi la dispersion de la bactérie. Dans son communiqué la DGS indique aussi les mesures d'hygiènes à respecter impérativement :
lavage des mains, mesures d'isolement des malades, dépistages des patients, signalisation lors des transfert inter-hopitaux.
La DGS espère ainsi limiter la progression de la maladie aux départements du Nord, du Pas-de-Calais, de l'Aisne, des Ardennes et de la Marne.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi