Santé

Des piles d'assiette en céramiques pour sauver le corail

ActualitéClassé sous :vie , corail , oeuf

Pour faire face à la disparition du corail, des chercheurs de l'Université de Tokyo pour les Sciences et Technologies Marines ont déposé en mer, près d'Okinawa, de grandes piles de disques en céramique qui vont permettre aux oeufs de corail fertilisés de s'implanter en toute sécurité.

Note : les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Le corail est un animal microscopique se construisant tout au long de sa vie une carapace qui, cumulée avec celle de ses millions de congénères, forme un récif corallien. Cependant, le corail seul ne pourrait pas vivre. Il fonctionne en réalité en symbiose avec un végétal microscopique : la zooxanthelle dans les mers chaudes et le plancton dans les mers froides. Du fait de sa relation symbiotique avec son environnement, le corail est très sensible à toute variation de la température de l'eau. Face au réchauffement des mers, le récif corallien de Sekiseishoko, près d'Okinawa, a été considérablement endommagé. Ce récif de 270 kilomètres carrés contient pourtant près de 360 espèces de corail, ce qui est comparable en qualité avec d'autres sites mondialement connus, comme la Grande Barrière de Corail, en Australie.

Corail

La plupart des espèces de coraux se reproduisent en relâchant des oeufs et du sperme en grande quantité dans l'eau de mer. Après fécondation, les oeufs vont être emportés par les courants marins pour venir s'échouer sur un promontoire hospitalier. L'oeuf ne peut pas s'implanter sur une étendue couverte d'algues ou de boues. De façon à augmenter les chances d'implantations, les scientifiques ont déposé par 5 mètres de fond des grandes plaques couvertes de piles de disques de céramique ; chaque disque pèse 19 grammes, mesure 4 centimètres de diamètre, et est évasé en son centre, à la manière d'une assiette. Chaque ensemble est construit de façon à retenir les oeufs errants et à leur fournir un habitat. Après quatre à six semaines, les "assiettes" seront transférées aux endroits où le corail a été sévèrement endommagé.

Cette méthode est étudiée depuis 2002 ; elle vise à remplacer l'ancienne technique qui consistait à transplanter du corail de récifs en bonne santé vers des lieux plus détériorés.

Par Matthieu Rosenberg.

Cela vous intéressera aussi