L'origine spatio-temporelle du SARS-CoV-2 n'est pas encore établie. © Mopic, Adobe Stock
Santé

SARS-CoV-2 : le mystère de son apparition

ActualitéClassé sous :Pandémie , pandémie de Covid-19 , premier cas de Covid-19

[EN VIDÉO] Quand est apparu le coronavirus ?  Alors que le premier cas officiel recensé en Italie date du 20 février 2020, des patients avec des anticorps contre le coronavirus ont été identifiés dans le pays dès septembre 2019. Comment un virus, qui s’est avéré par la suite aussi meurtrier, a-t-il pu passer inaperçu pendant des mois ? 

L'enquête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine sur le SARS-CoV-2 a été quelque peu mouvementée, notamment à cause de pressions politiques. Si l'hypothèse d'un accident de laboratoire devient de moins en moins plausible, les questions de la date et du lieu d'apparition du virus restent ouvertes. Récemment, un rapport d'équipes françaises de l'Institut national pour la science et la recherche médicale (Inserm) suggère qu'il serait présent en Europe depuis le début de l'automne 2019.

Alors que l'enquête de l'OMS vient de se terminer en Chine, nous n'avons toujours pas de certitude concernant la date et le lieu d'apparition du SARS-CoV-2 qui bouleverse l'existence de la population mondiale depuis plus d'un an. Que savons-nous de plus après cette enquête ? Qu'ont appris les experts ? D'autres données peuvent-elles nous aider à mieux comprendre l'origine de l'apparition du SARS-CoV-2 ? 

Aucune hypothèse n'est écartée concernant le lieu d'apparition

« Aucune hypothèse n'est écartée concernant le lieu d'apparition », ce sont les mots du directeur général de l'OMS mais également du chef de mission, Peter Ben Embarek, envoyé en Chine pour diriger l'enquête. Dans une interview accordée à la revue Science, ce dernier explique que l'hypothèse de l'erreur de laboratoire est devenue peu plausible après la réalisation d'auditions et d'analyses d'échantillons sanguins du personnel. Cela ne veut toutefois pas dire que ce n'est pas la bonne. Mais avec les données que les experts ont maintenant en leur possession, la probabilité qu'elle le soit est considérablement réduite. 

Les autres scénarios classiques sont envisagés comme la transmission via un hôte animal, mais une petite dernière vient de faire son apparition : celle de l'importation sur des produits surgelés. Une hypothèse qui a le don de brosser le gouvernement chinois dans le sens du poil. En effet, cette hypothèse suggère que le virus a été importé en Chine. Elle ne serait donc, potentiellement, pas le pays d'origine du virus. Cette hypothèse est prise au sérieux par les experts de l'OMS, notamment car le marché de Huanan dans la ville de Wuhan, lieu emblématique considéré pendant longtemps comme l'épicentre de l'épidémie, est un endroit où l'on vend beaucoup de produits de ce type. 

Où et quand est apparu le SARS-CoV-2 ? © NIAID, RML, Wikimedia Commons, Flickr, CC by-sa 2.0

La date de circulation remise en question ? 

Nous pensions que le SARS-CoV-2 ne circulait pas dans le monde avant le 8 décembre 2019, date du premier rapport de cas en Chine, dans la province de Wuhan. Les analyses des experts de l'OMS sur des patients ayant eu des symptômes semblables à la grippe avant la flambée de l'épidémie en Chine suggèrent que ce n'était pas la Covid-19. Par conséquent, il n'y aurait pas eu de circulation antérieure à décembre 2019 en Chine et donc, dans le monde. Pour autant, leur conclusion n'est pas définitive. En effet, ils proposent, dans des enquêtes ultérieures, de comparer les résultats de ces analyses sur des cas confirmés en décembre 2019 pour corroborer leur conclusion. Aussi, avec les nouvelles hypothèses concernant le lieu d'apparition du virus, rien ne peut être balayé d'un revers de main pour l'instant. Tout est encore une histoire de probabilités plus ou moins plausibles qui vont s'affiner au fil du temps et des enquêtes. Espérons simplement que les intérêts politiques ne viennent pas polluer exagérément l'investigation scientifique. 

Enfin, une correspondance récemment publiée par une équipe française dans l'European Journal of Epidemioology vient également donner du grain à moudre à l'hypothèse d'une circulation antérieure du virus en Europe, dès l'automne 2019. Cette dernière avait été émise par Michel Schmitt, médecin Chef du département d'Imagerie à l'hôpital de Colmar, après avoir observé des scanners suspects de patients malades pendant la période automnale. Les analyses - tests sérologiques détectant les anticorps spécifiques du SARS-CoV-2 y compris les anticorps neutralisants - réalisées par les scientifiques suggèrent que le virus circulait en France et en Italie depuis le début de l'automne 2019. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !