Avec le vieillissement de la population, la perte d’audition liée à l’âge est une pathologie de plus en plus fréquente. Elle pourrait avoir des origines génétiques. Une équipe a identifié 10 nouveaux marqueurs génétiques, qui pourraient ouvrir la voie au dépistage de la maladie, à sa prévention et à une meilleure prise en charge pour éviter l’isolement des patients.


au sommaire


    Cela vous intéressera aussi

    [EN VIDÉO] Interview : la génétique pourrait-elle inverser le vieillissement ? Ralentir le vieillissement, voire l’inverser, voilà ce que pourrait offrir la génétique dans les années...

    Dès l'âge de 60 ans, près d'un tiers des personnes souffre d'une baisse d'audition. À partir de 80 ans, c'est plus de la moitié. Les hommes sont généralement touchés plus tôt que les femmes. Perte d’audition chez le sénior rime souvent avec perte d'autonomieautonomie et isolement. C'est également un  facteur de risque de survenue d'une démence sénile. C'est pourquoi la préventionprévention et la prise en charge de cette maladie sont des enjeux de santé publique. Des chercheurs ont souhaité analyser les origines génétiques de la perte d'audition liée à l'âge. Leurs résultats ont été publiés dans la revue American Journal of Human Genetics.

    Une recherche portant sur la strie vasculaire

    La plupart des recherches actuelles se concentrent sur la restauration des cellules ciliéescellules ciliées qui tapissent l'oreille interne. Les cellules ciliées sont coiffées de cils, il en existe deux types. Les cellules ciliées externes se contractent pour amplifier le signal sonore et le transmettre aux cellules ciliées internes. Les cellules ciliées internes transforment les ondes reçues en influx nerveuxinflux nerveux. Leur dégénérescence est en partie responsable de la perte d’audition liée à l’âge.

    Une autre structure de l'oreille pourrait aussi jouer un rôle essentiel : la strie vasculaire. Elle se trouve à l'intérieur de la cochléecochlée. Les auteurs ont souhaité mettre en évidence des preuves du lien entre dégénérescence de la strie vasculaire et perte d'audition liée à l'âge au niveau génétique.

    La perte d'audition est un facteur d'isolement du patient. © Tyler Olson, Adobe Stock
    La perte d'audition est un facteur d'isolement du patient. © Tyler Olson, Adobe Stock

    10 nouveaux loci identifiés

    Les données de 723.266 personnes ont été compilées dans une méta-analyseméta-analyse. Au niveau génétique, 48 loci contribuant à la perte d'audition liée à l'âge ont été identifiés dont 10 nouveaux. Un locuslocus est une position fixe d'un gènegène sur un chromosomechromosome, c'est un marqueur génétique. Les auteurs ont observé que de nombreux gènes associés à la perte d'audition liée à l'âge étaient exprimés au niveau de la strie vasculaire, confirmant l'hypothèse que cette zone est essentielle dans l'audition.

    Selon les auteurs, la génétique pourrait être responsable de 36 à 70 % de la déficience auditive liée à l'âge. Cependant, cette pathologiepathologie est extrêmement hétérogène et recouvre des situations très différentes. Des facteurs liés à l'environnement et au mode de vie de la personne sont également impliqués.

    Ces résultats ouvrent une nouvelle voie dans le domaine de la perte d'audition liée à l'âge, tant sur le plan de la prévention que sur le plan de la prise en charge. Les 10 gènes nouvellement identifiés pourraient être la cible de tests de dépistagedépistage, de médicaments, voire de thérapie géniquethérapie génique.