La vie marine est menacée. Les récifs coralliens pourraient disparaître d'ici 2050. En cause, le réchauffement et l'acidification des océans. Mais, au milieu de ces eaux troubles, une étude publiée dans Nature redonne un peu d'espoir. Oui, d'après la littérature scientifique disponible, la vie marine peut être restaurée dans les 30 prochaines années. « Nous sommes à un point où nous pouvons choisir entre l'héritage d'un océan résilientrésilient et dynamique ou un océan irréversiblement perturbé », explique Carlos Duarte, coauteur de l'étude, qui a rassemblé des chercheurs issus de 16 universités de par le monde.

Les chercheurs ont trouvé des preuves de la résilience remarquable de la biodiversitébiodiversité marine, dont le retour des baleines à bossebaleines à bosse au large de l'Australie, ou encore de tortuestortues au Japon. « Notre étude documente le rétablissement des populations marines, des habitats et des écosystèmesécosystèmes suite aux interventions de conservation passées. Elle fournit des recommandations spécifiques et fondées sur des preuves pour mettre à l'échelle mondiale des solutions éprouvées », continue Carlos Duarte.

Sans surprise, un des paramètres cruciaux pour rendre son éclat à l'océan est l'atténuation du dérèglement climatique. Notamment, la réduction des émissionsémissions mondiales des gaz à effet de serregaz à effet de serre. « La reconstruction de la vie marine représente un grand défi réalisable pour l'humanité, une obligation éthique et un objectif économique intelligent pour assurer un avenir durable », assène Susana Agusti, coautrice de l'étude. Et au vu de tous les services que l'océan rend à l'humanité, relever ce défi s'avère essentiel pour que l'on puisse sortir la tête de l'eau.