Le cochon GalSafe possède un gène qui élimine la présence d’une molécule de sucre appelée alphagal. © Pascal Debrunner, Unsplash
Santé

Voici le premier cochon génétiquement modifié approuvé pour les usages médicaux

ActualitéClassé sous :OGM , animaux , cochon génétiquement modifié

Le cochon GalSafe est dépourvu d'une molécule qui entraîne de sévères allergies. Il pourrait servir à fabriquer des médicaments, être un « réservoir » d'organes humains, ou encore permettre d'élaborer des produits alimentaires ou des cosmétiques allergéniques.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 2/5 : La proximité génétique entre l'Homme et le singe  Il existe 95 % de similarités entre l’Homme et le chimpanzé. Le génome humain est donc très proche de celui de certains animaux. Nous avons rencontré Jean-Louis Serre, professeur de génétique, pour qu’il nous parle plus précisément des similitudes entre l’Homme et l’animal. 

La Food and Drug Administration (FDA), régulateur de santé américain, vient d'approuver le premier cochon génétiquement modifié pour l'alimentation humaine et les usages médicaux. Le cochon, nommé GalSafe et produit par l'entreprise United Therapeutics, va pouvoir non seulement être consommé en temps que viande mais aussi être utilisé pour la production de produits pharmaceutiques ou pour la production « d'organes de remplacement ».

Le cochon GalSafe possède un gène qui élimine la présence d'une molécule de sucre appelée galactose-alpha-1,3-galactose (alphagal). Cette molécule, présente chez de nombreux mammifères (mais pas chez l'humain) est susceptible de causer des allergies chez certaines personnes et entraîne un rejet par le corps des greffes d'animaux.

Produits thérapeutiques, organes de remplacement et viande allergénique

On comprend donc tout l'intérêt de ces cochons génétiquement modifiés. Le premier objectif d'United Therapeutics est de développer des produits médicaux, comme des anticoagulants (héparine), qui ne produiront pas d'allergies. Dans un second temps, la compagnie espère développer des organes compatibles avec le corps humain. En novembre, l'entreprise XenoTherapeutics a ainsi lancé un essai de phase 1 de transplantation de peau issue de cochons GalSafe pour le traitement des grands brûlés.

Même si des agréments supplémentaires seront nécessaires, la commercialisation de viande est aussi envisagée. La FDA explique d'ailleurs qu'elle n'a pas évalué le potentiel de prévention des allergies de cette viande de cochon, se contentant de certifier que celle-ci est sûre pour la consommation humaine.

Le cochon est un bon candidat pour produire des organes de remplacement humains. © vetza_yayo, Adobe Stock

Chèvre, poulet et saumon génétiquement modifiés

La FDA a déjà approuvé des produits d'animaux génétiquement modifiés auparavant. En 2009, une protéine prévenant la formation de caillots sanguins produite par des chèvres modifiées avait ainsi été autorisée. En 2015, des poulets conçus pour fabriquer une enzyme spéciale avaient également reçu le feu vert des autorités. La même année, c'est le saumon AquAdvantage, grandissant deux fois plus vite, qui avait été approuvé. Le cochon GalSafe est cependant le premier animal certifié à la fois pour la consommation alimentaire et les usages médicaux.

Il ne faut toutefois pas s'attendre à voir ces cochons déferler dans les rayons des supermarchés et les laboratoires. Pour l'instant, seuls 25 cochons GalSafe sont élevés dans une ferme de l'Iowa ; et il ne pourra sans doute pas être produit en masse comme un porc classique. De plus, l'alphagal n'est pas la seule cause de rejet dans les xénogreffes. D’autres modifications génétiques chez les cochons seront sans doute nécessaires afin de développer des organes pleinement compatibles pour une transplantation chez l'humain.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !