Santé

SRAS : le retour de la pneumonie atypique au Canada ?

ActualitéClassé sous :médecine , coronavirus , sras

Le Canada fait peut-être face à une nouvelle épidémie de SRAS. En effet, un nouveau virus de la famille des coronavirus a contaminé 150 personnes et a déjà causé la mort de 6 autres malades dans une maison de retraite près de Vancouver. Une première analyse génétique a permis de montrer que certaines séquences de cet étrange virus étaient identiques à celles du virus responsable du SRAS.

Ce virus ressemble donc fortement au virus responsable de la pneumonie atypique, seulement les symptômes qu'il provoque sont fortement atténués. La plupart des personnes infectées présentaient des maux de gorge, ainsi qu'un écoulement du nez mais très peu présentaient la forte fièvre caractéristique du SRAS. Ainsi 10 des occupants de cette maison de retraite présentaient les symptômes typiques d'une pneumonie sans les dommages généralisés aux poumons et la détresse respiratoire observés dans les cas de SARS.
Néanmoins chez trois des victimes ainsi que chez certains malades les échantillons se sont révélés positifs pour la présence du virus du SRAS. Actuellement 9 résidents d'une autre maison de retraite présentent les mêmes symptômes. Ces deux maisons de retraite partagent du personnel médical avec un hôpital qui traita deux cas probables de SRAS au début de l'année.

L'apparente fin de l'épidémie de SRAS en juillet a fait naître l'espoir que le virus avait été contenu, et que le virus finirait par mourir. Cependant, l'hôte naturel du virus ainsi que l'origine exacte du virus demeurant encore inconnu, il est probable que le virus persiste quelque part et puisse provoquer une autre épidémie.

Jusqu'à présent les efforts pour cultiver ce mystérieux virus ont été vains mais les chercheurs ont annoncé que 800 nucléotides provenant de 4 régions du virus ont été séquencés à partir de virus isolés dans 8 échantillons. Pour 7 des échantillons les séquences se sont révélées totalement identiques à celles du virus du SRAS, pour le huitième échantillon une seule différence a été observée. Il est donc possible que ces nouveaux cas de pneumonies soit dû à une variante atténuée du virus du SRAS. Il est aussi possible que la très grande similarité observée entre les séquences de ce virus et celui du SRAS, ne soit en fait qu'une conséquence des techniques utilisées pour amplifier et sequencer le génome de ce virus.

Chez l'homme, les coronavirus étaient uniquement connus comme responsables de rhumes communs jusqu'à ce qu'éclate l'épidémie de SRAS qui tua plus de 800 personnes dont 44 au Canada. Cependant les chercheurs préviennent que le virus du SRAS cause une très grande variété des symptômes et que ce qu'ils ont observé avec les cas sévères n'est probablement que le haut de l'iceberg.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi