Les chercheurs du département de microbiologie de l'université d'Hong Kong ont annoncé samedi qu'ils avaient réussi à mettre en culture au laboratoire, le virus responsable des pneumonies atypiques. La même équipe a annoncé la mise au point d'un test de diagnostique fiable.
Cela vous intéressera aussi

En utilisant une lignée cellulaire particulière les chercheurs ont réussi à isoler le virusvirus à partir de tissus provenant des poumonspoumons d'un patient mort de la pneumonie atypique.

Dans le même temps l'équipe de chercheurs a mis au point un test, basé sur la technique des anticorpsanticorps neutralisants, pour identifier la présence du virus dans les prélèvements de tissus. Les expériences menées aujourd'hui-même ont permis de détecter des anticorps dans les sérumssérums issus de 8 malades atteints de pneumonie atypique. Ce résultat montre que le test est efficace pour détecter les cas de pneumonie atypique. Ce test a besoin maintenant d'être automatisé rapidement car il est attendu avec impatience par de nombreux cliniciens afin de permettre un diagnostique plus rapide des malades alors que la maladie continue de se répandre à de nouvelles régions.

Ce test devrait permettre aussi un désengorgement des hôpitaux qui sont actuellement confrontés à un afflux de personnes bien portantes craignant d'être malades (les premiers symptômessymptômes de la pneumonie sont communs avec de nombreuses autres maladies courantes).

Un réseau international

Il est tout à fait exceptionnel d'identifier un virus et de mettre au point un test dans un si court lapse de temps. En effet, les résultats produits par le réseau de 11 laboratoires mis en place par l'OMSOMS a permis d'obtenir en une semaine, des résultats qui d'habitude prennent des mois voire même une année. Ces avancées rapides permettent d'espérer de limiter la diffusiondiffusion de la maladie.

L'identité du virus demeure incertaine

Futura-Sciences vous a présenté, il y a quelques jours un article expliquant la probable identification du virus (voir notre article). En effet certains chercheurs considèrent que ce virus fait parti de la famille des paramyxovirus. Une équipe Canadienne a présenté hier des résultats suggérant que ce virus était le metapneumovirus qui fait partie de la famille des paramyxovirus.
Le metapneumovirus a été identifié pour la première fois en juin 2001. Au moment de sa découverte ce virus provoquait une maladie respiratoire humaine, incluant quelques cas de pneumonie. Cependant ce virus présentait des modes de transmission différents, de plus les symptômes étaient bien moins sérieux que dans le cas de la pneumonie atypique.

En revanche, d'autres équipes de recherche ont présenté des résultats indiquant que le virus responsable de ces pneumonies atypiquespneumonies atypiques pourrait finalement faire partie d'une autre famille de virus. Ainsi, l'OMS prévient qu'en l'état actuel des connaissances, il ne peut pas être exclu qu'un virus totalement différent provenant d'une autre famille de virus puisse être l'agent responsable de la pneumonie atypique.
Une équipe d'experts de l'OMS est en route pour la Chine afin de déterminer si l'apparition d'une autre maladie ayant des symptômes proches de ceux de la pneumonie atypique pourrait avoir un lien avec l'épidémieépidémie actuelle.

Historique


Futura-sciences vous tiens informé quotidiennement de l'état d'avancé de la maladie, ainsi que des progrès fait dans l'identification du virus.
Cliquez sur ces liens pour relire, l'historique de cette épidémie :

18/03/2003