Santé

Un virus hybride responsable de l'épidémie de pneumonie atypique ?

ActualitéClassé sous :médecine , pneumonie atypique , sars

-

Les investigations menées dans la province de Guangdong en Chine ont permis de déterminer que les premiers malades, atteints de cette nouvelle forme de pneumonie, étaient des personnes travaillant avec les oiseaux. Cette nouvelle piste permet de penser que le virus responsable de l'épidémie de pneumonie atypique est dû à un nouveau virus hybride de la famille des coronavirus.

Images en microscopie électronique d'un coronavirus.

Les autorités Chinoises ont annoncé que les premiers malades atteints de la pneumonie atypique étaient des personnes en contact constant avec les poulets, les canards, les pigeons et les chouettes. Les chercheurs ont identifié un nouveau type de coronavirus comme étant la cause de l'épidémie actuelle de pneumonie atypique. Les premiers travaux avaient indiqué que ce nouveau virus était lié à un virus provoquant une bronchite chez les oiseaux et les poulets.
Mais les difficultés pour isoler de manière certaine le virus ainsi que pour le cultiver ont limité jusqu'à présent ses études. Les coronavirus sont connus pour être des virus difficiles à cultiver en laboratoire, ceci expliquerait pourquoi les premières tentatives, effectuées à partir de 30 patients, n'avaient pas permis de mettre en évidence la présence d'un coronavirus.

A Hong kong 26 nouveaux cas ont été rapportés jeudi contre 155 mardi dernier. Cela pourrait signifier que les mesures sanitaires exceptionnelles prises dans cette ville sont efficaces. Avec le premier cas possible rapporté au Brésil, la maladie serait maintenant présente sur les 4 continents.La maladie touche potentiellement 16 pays et a provoqué la mort de 79 personnes (voir notre tableau récapitulatif).

Analyse génétique

Au Canada les scientifiques ont rapporté mercredi qu'ils avaient identifié un coronavirus à partir de 5 patients à Toronto. Les virus isolés dans ces prélèvements sont génétiquement identiques entre eux, mais sont aussi identiques aux virus isolés à Hong Kong. Cependant les séquences d'ADN de ce virus ne sont proches d'aucune des trois grandes familles connues de coronavirus. Malgré cela, ce nouveau virus présente quelques similarités avec un coronavirus bovin qui provoque des infections intestinales chez l'Homme. D'ailleurs, récemment une forme mutante d'un coronavirus bovin provoquant une pneumonie aiguë chez le bétail a été identifiée.
Actuellement les scientifiques se penchent sur la possibilité que ce nouveau virus proviendrait d'une recombinaison entre deux coronavirus différents. Les virus de cette famille sont connus pour effectuer des recombinaisons entre leurs génomes constitués d'ARN.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi