Pour que la rééducation se poursuive après le retour à domicile, il faut un matériel adapté. La réalité augmentée et la connexion à Internet ouvre des possibilités, comme avec Autonhome, de la start-up Neuradom. © Neuradom

Santé

Neuradom, une révolution dans les soins à domicile

ActualitéClassé sous :médecine , Neuradom , Autonhome

À la sortie d'un centre de rééducation, le patient, par exemple victime d'un AVC, vit une rupture de soins. Alors, des praticiens ont bâti une solution originale et efficace, à base d'exercices à effectuer chez soi devant un écran connecté. Pour cette belle réalisation, baptisée Autonhome, la start-up Neuradom a reçu le prix EDF Pulse 2017 dans la catégorie Smart Health. L'aventure commence...

« Nous sommes tous des spécialistes de la rééducation et nous en avons eu assez d'être depuis 25 ans spectateurs d'une situation sans solution ! » Ainsi s'exprime Gilles Kemoun, professeur de médecine physique et réadaptation, également cofondateur de Neuradom. La situation en question est celle de la rupture que connaît par exemple une personne victime d'un grave accident invalidant ou d'un AVC à l'issue des soins dans un centre de neurorééducation. « Le retour à domicile est souvent un choc terrible, témoigne ce praticien, avec une raréfaction, voire une disparition, des soins. On peut assister à une perte des capacités acquises lors du séjour en rééducation. »

Ces dernières années ont vu se développer les recherches et les publications sur la réalité augmentée et la « télérééducation ». Dans le même temps, l'évolution des politiques de santé tendait à privilégier les soins à domicile, la télémédecine mais aussi la réduction, ou au mieux la stabilisation, du nombre de centres de rééducation. C'est ainsi que Gilles Kemoun explique la genèse du projet Autonhome, développé par Neuradom, qui a fédéré une équipe de praticiens et d'informaticiens pour « amener le centre de rééducation à domicile ».

La personne est chez elle, dans son environnement quotidien. Devant elle, l'écran égrène des exercices calibrés, pour l'entraînement moteur et cognitif. Des capteurs la repèrent ainsi que les objets autour d'elle. Connecté, le système Autonhome enregistre non pas les images mais le suivi des séances, que pourront consulter le praticien et les proches. © Neuradom

La rééducation aidée aussi par les proches

Autonhome est à la fois un outil, avec ordinateur, caméra, capteurs, écran géant et connexion Internet, et un programme médical. De loin, on pourrait croire à un jeu vidéo. La personne, devant son écran, voit des figures et des images et semble jouer à lancer ou à rattraper un objet. Des capteurs repèrent sa position et le logiciel interagit avec elle. Par une série d'exercices, elle peut ainsi suivre un programme de rééducation. Mieux, les capteurs enregistrent aussi la pièce et les meubles, intégrant cet environnement dans l'exercice. « C'est un point très important. Pour une reprogrammation neuromotrice optimale, il faut que la personne soit chez elle, dans son milieu. » En plus de la rééducation motrice et cognitive, cette dimension ajoutera un aspect émotionnel utile.

Autonomes mais jamais seuls.

Quel programme suivra-t-elle ? « Nous avons scénarisé une banque d'exercices de rééducation, avec des réglages de difficulté », rapporte Gilles Kemoun. Et si elle ne réalise pas ou mal ces exercices ? Le praticien prescripteur le saura, car Autonhome enregistre tout le travail du patient. Il se connectera à un centre serveur et verra le nombre de séances réalisées ainsi que tout ce qui a été fait. Il peut même intervenir s'il le souhaite. « Les patients sont autonomes mais jamais seuls », résume Gilles Kemoun. D'ailleurs, les praticiens ne sont pas les seuls à suivre la bonne observance de ces exercices. Les aidants peuvent aussi le faire depuis leur téléphone. « Ces liens avec la famille sont toujours un bon facteur de motivation. »

C'est tout l'intérêt de la solution Autonhome, de Neuradom, qui vient d'être récompensée par le prix EDF Pulse 2017 dans la catégorie Smart Health. Pour l'instant, le système n'est pas commercialisé mais a commencé son existence. Techniquement, l'appareil est au point. « Tous les composants sont standards et viennent du commerce. Ils peuvent être interchangés sans problème. Il n'y a pas de technologie propriétaire. Voyez Kinect : Microsoft en a arrêté la fabrication. Les systèmes basés sur ce boîtier vont devenir obsolètes. Nous avons voulu ne pas être prisonniers d'une technique. »

Le système Autonhome pourra être fourni directement aux particuliers, « car nous avons déjà des demandes ». Il sera également diffusé vers ou via les centres de rééducation, mais aussi les mutuelles et les prestataires de soins à domicile, avec lesquels des partenariats sont actuellement en train d'être noués. « Depuis le prix EDF Pulse, nous avons mieux précisé la cible, celle d'une rééducation complexe sur une période longue. Et surtout, nous avons perçu beaucoup d'enthousiasme. Tout le monde connaît quelqu'un dans une situation de ce genre. Nous nous sentons soutenus... »

  • Autonhome est un système de rééducation neuromotrice à domicile qui vient combler une lacune grave dans la continuité des soins.
  • Les exercices à effectuer sont choisis et réglés par un praticien, qui peut en suivre l'observance, comme les proches. Les exercices réalisés dans l'environnement quotidien sont plus efficaces.
  • Autonhome pourra être prescrit par des praticiens ou recommandé par des mutuelles ou des centres de rééducation.
Cela vous intéressera aussi

Autonhome : la rééducation arrive à domicile !  Conçu par des spécialistes de la rééducation, cet outil permet de continuer les exercices chez soi, pour une victime d’une maladie neurologique, AVC ou Parkinson par exemple. Un praticien, et la famille, peuvent suivre les exercices, qui se pratiquent devant un écran avec des capteurs repérant la personne mais aussi son environnement. On voit ici Gilles Kemoun, cofondateur de Neuradom, recevoir le prix EDF Pulse 2017 dans la catégorie Smart Health.