Santé

NCoV, le coronavirus mortel qui pose encore beaucoup de questions

ActualitéClassé sous :médecine , NCoV , coronavirus

Apparu il y a quelques mois, un coronavirus cousin du Sras a déjà tué plus de la moitié des patients qu'il a infectés. Si l'on connaît son génome et sa propension à passer d'Homme à Homme, on ignore encore son réel pouvoir pathogène et pourquoi il s'en prend si peu aux femmes...

NCoV est un coronavirus, c'est-à-dire un genre de virus surmonté d'une sorte de couronne. Si certains membres du genre ne provoquent que des infections bénignes, comme des rhumes ou des bronchites (c'est le cas de ces virions à l'image), d'autres sont mortels, comme l'agent causal du Sras et ce NCov. Le premier n'a tué que 10 % des personnes diagnostiquées avec l'infection mais le second a un taux de mortalité d'environ 54 %. © Fred Murphy & Silvya Whitfield, CDC, DP

Doit-on s'inquiéter ou se rassurer ? C'est un peu la question que se posent les scientifiques qui étudient le coronavirus NCoV depuis septembre dernier, et la révélation d'un patient en état critique suite à l'infection par un virus jusqu’alors inconnu. Depuis, 12 autres personnes ont été infectées, et sept des malades en sont morts.

La réaction des autorités sanitaires n'a pourtant pas tardé. Quelques jours après la détection du pathogène, la Health Protection Agency britannique séquençait son génome et déterminait son arbre phylogénétique. Même si on le présente comme un cousin du virus du Sras, responsable d'une épidémie de pneumonie atypique entre 2002 et 2003 causant plus de 800 morts dans le monde, il ressemble davantage à un virus retrouvé chez la chauve-souris.

Chauve-souris, chèvre, Homme : qui est le réservoir ?

Cependant, rien ne permet d'affirmer que le mammifère volant en est le vecteur. Le premier patient, d'origine qatarie, est propriétaire d'une exploitation agricole, avec des chameaux et des chèvres. Quelques jours avant qu'il ne tombe malade, certaines chèvres ont été touchées par une fièvre ainsi que d'autres symptômes. Or, le passage de l'animal à l'Homme n'est pas un phénomène exceptionnel : en témoignent le VIH provenant du singe, la grippe aviaire ou la grippe A(H1N1), transmise par les porcs.

Retracer l'origine de tous les cas serait une bonne chose. Cela permettrait aux spécialistes, réunis à Washington D.C., lors du congrès annuel de biodéfense de l'American Society for Microbiology, de déterminer si ces transmissions sont exceptionnelles ou si, au contraire, elles tendent à se généraliser, faisant de l'Homme un réservoir de NCoV.

Des cas sévères, un seul cas modéré

Voilà un autre aspect essentiel : le point de départ de l'épidémie. Les onze premiers patients avérés vivent ou ont transité par des pays du Moyen-Orient. L'Arabie saoudite a connu à elle seule 6 cas par exemple. Dernièrement, un Britannique de 60 ans qui était passé par ce pays, puis était parti au Pakistan avant de rentrer au Royaume-Uni présentait déjà les symptômes dans son voyage en avion. Aucun des autres passagers n'a été infecté.

Les scientifiques restent partagés sur le mode de transmission éventuel de NCoV. Si certains pensent que, comme tous les membres de son genre, le virus se retrouve dans des gouttelettes en suspension dans l'air, d'autres considèrent que le fait qu'il soit si peu contagieux implique qu'il pénètre dans les organismes par un autre moyen... Un masque suffit-il à nous en préserver ? © Yasser Alghofily, Flickr, cc by 2.0

Néanmoins, son fils de 39 ans et une parente de 30 ans ont, suite à son retour, contracté également la maladie, avec des sorts différents. Le fils, atteint d'un cancer et dont le système immunitaire était affaibli, est mort. La femme, elle, est jusque-là la seule patiente à n'avoir eu besoin d'aucun traitement pour se remettre de la maladie. Tous les autres ont été atteints d'une pneumonie sévère et d'insuffisance rénale nécessitant une prise en charge par les services de réanimation des hôpitaux.

NCoV, le virus qui préfère les hommes aux femmes

Cela révèle une réalité mais pose plusieurs questions. Si la transmission d’Homme à Homme semble désormais avérée, les femmes semblent relativement épargnées. En effet, sur les 13 cas constatés, seuls deux étaient des femmes et encore, l'une d'elles n'a pas eu besoin de prise en charge pour s'en remettre. Intrigant.

D'autre part, les scientifiques s'interrogent sur le réel pouvoir pathogène du virus. Est-il possible que NCoV infecte beaucoup de monde, causant des symptômes faibles à modérés, le rendant inaperçu sauf dans quelques rares cas ? Ou bien se montre-t-il ravageur à chaque fois ? Pour cela, il faudrait réaliser des études épidémiologiques afin de détecter la proportion réelle de personnes infectées ou ayant été infectées, en collaboration avec les principaux pays touchés, comme l'Arabie saoudite et la Jordanie.

Vers une épidémie mondiale ou la disparition du coronavirus ?

Des études préliminaires, menées chez la souris et le furet, modèles de choix pour les maladies humaines, montrent que ces deux animaux y sont insensibles. Le macaque rhésus semble plus enclin à développer des symptômes, comme de la fièvre, une perte d'appétit ou la chair de poule. Des analyses plus approfondies ont révélé que les poumons des singes étaient dégradés, et surtout que l'activité de 173 gènes était modifiée. Mais au bout d'une semaine, les singes avaient tous retrouvé la forme.

Désormais, les chercheurs s'interrogent sur l'avenir. Certains font part de leur optimisme et considèrent que ces quelques cas sporadiques sont le signe que le virus est dans une impasse et qu'il est condamné à disparaître. D'autres sont bien plus prudents car ils estiment qu'il n'y a aucun signe que l'épidémie en restera là et que si NCoV subsiste dans le Golfe persique, ce n'est peut-être qu'une question de temps avant qu'il ne se généralise dans le monde entier. Entre espoir et inquiétude, il faut maintenant attendre pour voir quel camp a vu juste...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi