Le Moyen-Orient est touché par une épidémie d’un coronavirus proche du Sras et provoquant également des troubles respiratoires parfois mortels. Que sait-on de ce nouveau pathogène nommé hCoV-EMC ? Pas grand-chose pour le moment…
Cela vous intéressera aussi

Neuf cas confirmés dont 5 morts, et bien des questions sans réponses. Les recherches se poursuivent à travers le monde pour cerner le nouveau coronavirus proche du Sras, qui sévit actuellement au Moyen-Orient. Est-il vraiment similaire à celui du Sras ? Comment se propage-t-il ? Quel est son réservoir naturel ? Peut-il être rapidement éliminé ? Les premiers éléments de réponse n'incitent pas à l'optimisme.

Le docteur Christian Drosten et son équipe de l'université de Bonn (Allemagne) suivent à la trace ce nouveau coronaviruscoronavirus répondant au nom de code hCoV-EMC. « Bien qu'il ne semble pas se transmettre d'Homme à Homme, le taux de mortalité élevé [dont il est responsable] et le fait que son réservoir n'a pas encore été identifié sont particulièrement inquiétants », explique-t-il.

Pour l'heure, les médecins ont constaté que ce coronavirus entraînait une pneumonie sévère, et bien souvent aussi une insuffisance rénale. « Il est effectivement proche du Sras et entraîne le même type d'affections », poursuit Christian Drosten.

Les chauves-souris pourraient être le réservoir du nouveau coronavirus hCoV-EMC. Mais pas le seul vecteur : le virus pourrait aussi s'échanger entre l'Homme et le porc. © David J. Thomas, Flickr, cc by nc 2.0

Les chauves-souris pourraient être le réservoir du nouveau coronavirus hCoV-EMC. Mais pas le seul vecteur : le virus pourrait aussi s'échanger entre l'Homme et le porc. © David J. Thomas, Flickr, cc by nc 2.0

Un virus qui passerait de l’animal à l’Homme… et vice-versa

À partir de ce constat, l'enjeu est de trouver la porteporte d'entrée de ce virus dans l'organisme. Utilise-t-il le même récepteur cellulaire que le Sras, ce qui faciliterait grandement l'approche des chercheurs ? « La réponse est clairement non, poursuit Christian Drosten. Et nous ignorons encore le récepteur en question. »

Les scientifiques allemands sont également en quête du réservoir naturel de ce coronavirus. Comme ce fut le cas pour le Sras, la piste menant aux chauves-sourischauves-souris est suivie de près. « Notre étude montre que le hCoV-EMC peut infecter des cellules de différentes espècesespèces de chauve-souris ce qui est totalement inhabituel pour un coronavirus », précise Christian Drosten. Et ce n'est pas tout : « il peut aussi infecter des porcs, ce qui laisse supposer qu'il existe un récepteur commun à ces animaux ».

Pour Christian Drosten, cette nouvelle n'est pas forcément réjouissante. « Si ce récepteur est présent par exemple à la surface des poumonspoumons, il est cohérent de penser que ce virus peut se transmettre de l'animal à l'Homme, et ensuite de l'Homme à l'animal, etc. Voilà qui le rendrait particulièrement difficile à éliminer... »