Santé

Votre mois de naissance influence (un peu) votre risque de maladie

ActualitéClassé sous :maladie , Saison , mois

Une association significative entre santé et mois de naissance a été mise en évidence pour 55 maladies. Pas de panique : le risque lié au mois de naissance resterait toutefois mineur par rapport à d'autres facteurs sur lesquels il est possible d'agir comme l'alimentation et l'activité physique.

Le mois de naissance influence le risque de développer des maladies, notamment certaines maladies cardiovasculaires. © Sebastien Wiertz, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Dès 1983, des scientifiques avaient relevé un lien entre l'asthme et le mois de naissance. Ainsi, les personnes nées à des saisons pendant lesquelles il y a plus d'acariens dans les habitations auraient plus de risque de développer de l'asthme compliqué par une allergie aux acariens. De plus, certaines maladies pourraient être associées au mois de naissance en raison des variations saisonnières de vitamine D : en hiver, avec la moindre exposition au soleil, l'organisme produit moins de vitamine D et les déficits sont courants sous nos latitudes. Le développement précoce de l'individu pourrait dépendre de la saison, d'où la possibilité que le mois de naissance influence le risque de maladies.

Dans un article paru dans Journal of American Medical Informatics Association, des scientifiques de l'université de Columbia, aux États-Unis, expliquent qu'ils ont développé un algorithme pour étudier la relation entre le mois de naissance d'une personne et son risque de maladie. Les chercheurs ont utilisé les bases de données médicales de la ville de New York pour analyser 1.688 maladies avec les dates de naissance et l'historique médical de 1,7 million de patients. Ces personnes avaient été traitées au New York Presbyterian Hospital/CUMC entre 1985 et 2013 et étaient nées entre 1900 et 2000.

Les chercheurs ont trouvé que 55 maladies dépendaient significativement du mois de naissance. Parmi elles, 39 correspondaient à des associations déjà décrites par ailleurs mais 16 étaient nouvelles.

Les personnes nées en juillet-octobre auraient plus de risque d’asthme. © National Heart, Lung and Blood Institute, a division of the National Institute of Health, an agency within the United States Government, Wikimedia Commons, DP

Le risque cardiovasculaire varie en fonction de la saison de naissance

Le risque pour une personne de développer de l'asthme était significativement plus élevé si elle était née en juillet-octobre. Ceci semble aller dans le sens d'une étude danoise qui avait découvert un lien entre l'asthme et une naissance en mai-août.

Pour les maladies cardiovasculaires, les personnes nées en mars auraient le risque le plus élevé pour la fibrillation auriculaire (ou fibrillation atriale), l'insuffisance cardiaque congestive et l'insuffisance de la valve mitrale. De plus, les enfants nés de survivants de la grippe H1N1 de 1918 avaient un risque de maladie cardiovasculaire augmenté de 20 %, ce qui suggère une relation entre l'infection maternelle et le risque de maladie cardiovasculaire.

L'infection maternelle pendant les mois d'hiver (de janvier à mars) pourrait contribuer à l'augmentation du risque de maladie cardiovasculaire chez les enfants nés pendant ces mois : les personnes nées à l'automne, entre septembre et décembre, auraient moins de risque cardiovasculaire que celles nées en hiver, entre janvier et mars, et au printemps, entre avril et juin. La relation entre la maladie cardiovasculaire et le mois de naissance pourrait être aussi en lien avec la vitamine D, dont les niveaux sanguins sont plus bas en hiver. Même avec une complémentation de la mère, un déficit saisonnier en vitamine D est observé chez les nouveau-nés et les enfants allaités. Or, le niveau de vitamine D est associé aux maladies cardiovasculaires.

Cependant, même si ces associations sont significatives, elles ne doivent pas masquer les nombreux autres facteurs qui influencent le risque de maladie tels que le mode de vie. « Ces données pourraient aider les scientifiques à découvrir de nouveaux facteurs de risque de maladie, explique Nicholas Tatonetto, un des auteurs de l'article. Il est important de ne pas trop s'inquiéter de ces résultats parce que, même si nous avons trouvé des associations significatives, le risque global de maladie n'est pas si grand. »

Cela vous intéressera aussi