Une machine permettrait de « soigner » des foies trop endommagés pour être greffés. © Lightfields Studios, Adobe Stock
Santé

La première greffe de foie rendue possible grâce à une machine qui imite le corps humain

ActualitéClassé sous :greffe , foie , Corps humain

Les greffes d'organes sont des opérations délicates qui doivent être réalisées dans les plus brefs délais pour préserver la qualité du greffon. Une machine conçue par des médecins suisses permet de prolonger la durée de vie d'un greffon, mais aussi d'améliorer sa qualité. Pour la première fois, un homme a été greffé avec un organe traité par ce dispositif innovant. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un cœur de porc génétiquement modifié greffé avec succès sur un humain  Aux États-Unis, un patient en phase terminale a reçu une greffe cardiaque unique en son genre : un cœur de cochon humanisé. L'opération a été réalisée avec succès au centre médical de l'Université du Maryland à Baltimore. © University of Maryland 

La société suisse Liver4Life a développé une machine qui pourrait augmenter la durée de vie et la qualité des foies destinés à la greffe. Les investigateurs du projet zurichois viennent de franchir un cap important. Après avoir montré qu'un foie pouvait survivre dans leur machine qui imite le corps humain pendant plusieurs jours en 2020, ils viennent de fournir les résultats d'une greffe hépatique réalisée en mai 2021 sur un volontaire atteint d'un cancer du foie et sur liste d'attente. 

Un an plus tard, le patient va bien et il n'y a aucun signe de rejet. « Je suis reconnaissant pour cet organe qui m'a sauvé la vie. En raison de ma tumeur à évolution rapide, j'avais peu de chances d'obtenir un foie dans un délai raisonnable », raconte le patient. Les détails sont parus dans Nature Biotechnology le 31 mai 2022. En effet, l'organe qui lui a été greffé était considéré comme trop abîmé pour servir de greffon et a été rejeté de tous les hôpitaux.

Un greffon sauvé par une machine

La machine de Liver4Life s'évertue à imiter le plus fidèlement le corps humain et les conditions nécessaires à la survie du foie, comme s'il y était toujours. Un système de perfusion alimente le greffon en hormone et en nutriment, une pompe qui fait figure de cœur assure l'approvisionnement en oxygène. Une dialyse se substitue aux reins. Enfin, la machine fait bouger le greffon comme le ferait naturellement le diaphragme durant la respiration.

Un passage de quelques jours dans la machine a permis de restaurer le foie endommagé et de le rendre greffable. « Notre thérapie montre qu'en traitant les foies dans la machine à perfusion, il est possible d'atténuer le manque d'organes humains fonctionnels et de sauver des vies. »

Les médecins suisses qui connectent le greffon à la machine dans une salle blanche. © USZ

Une première à confirmer

Si cette première greffe est un succès, il en faudra d'autres, réalisées dans des hôpitaux, pour confirmer l'efficacité et la sureté de cette approche. Si cela se concrétise, la greffe de foie, qui est souvent une procédure d'urgence puisque les greffons survivent seulement douze heures hors du corps humain avant de se dégrader, pourrait être planifiée à l'avance. Parallèlement, les porteurs de ce projet œuvrent pour créer une nouvelle génération de machines. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !