Dans le diabète de type 1, les cellules productrices d'insuline sont détruites par des mécanismes auto-immuns. © Priman Khrutmuang, Fotolia
Santé

Diabète de type 1 : l'espoir des greffes de cellules souches après un premier succès

ActualitéClassé sous :diabète , glycémie , diabète de type 1

Un patient greffé avec des cellules souches a vu son diabète de type 1 se résorber, le libérant de l'injection quotidienne de grande quantité d'insuline. Si l'approche confirme ce succès sur d'autres patients, le diabète de type 1 pourrait devenir de l'histoire ancienne pour 10 % des diabétiques.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Qu'est-ce que le diabète gestationnel ?  Le diabète gestationnel est associé à une augmentation des complications périnatales telles que la macrosomie, la césarienne, la dystocie des épaules et la paralysie du plexus brachial. 

Un Américain de 64 ans atteint du diabète de type 1, la forme auto-immune de la maladie dans laquelle les cellules productrices d'insuline sont détruites, peut réguler sa production d'insuline et sa glycémie sans avoir recours à des médicaments grâce à l'injection de cellules souches dans le sang. Vertex, l'entreprise de biotechnologie qui est à la tête de l'essai clinique, a choisi une approche à l'échelle de la cellule. Dans le pancréas, seules les cellules β pancréatiques dans les îlots de Langherans sécrètent de l'insuline. Grâce à un protocole mis au point à Harvard, des cellules souches embryonnaires ont été transformées in vitro en cellules β pancréatiques. Ces dernières sont injectées dans la circulation sanguine et remplacent les cellules défectueuses du pancréas. Cet Américain de 64 ans est le premier patient pour lequel le protocole est un succès. 

La forme sphérique sur cette coupe de pancréas est un îlot de Langherans. © Department of Pathology, Duke University Medical Center

Une greffe de cellule pour corriger le diabète de type 1

Le dosage de peptide-C, une petite protéine synthétisée en même temps et en même quantité que l'insuline et qui sert de marqueur pour l'activité des cellules β pancréatiques, est passé de 0 à 280 et 560 pmol/L, durant une période de jeûne et de repas respectivement. Le patient, qui devait s'injecter 30 à 34 unités d'insuline chaque jour avant la greffe pour survivre, a aujourd'hui seulement besoin de trois unités. La prochaine étape consistera à réitérer l'expérience chez 17 patients supplémentaires, pris en charge dans des centres indépendants.

Si les scientifiques arrivent à reproduire les mêmes résultats chez d'autres patients, alors le diabète de type 1 pour bien être soigné par une greffe de cellules souches différenciées, mais au prix d'un traitement immunosuppresseur à vie. Les scientifiques travaillent d'ailleurs à rendre le système immunitaire tolérant vis-à-vis des cellules souches greffées. ViaCycle, une autre entreprise spécialisée dans le traitement du diabète de type 1, a testé plusieurs dispositifs pour protéger les cellules souches du système immunitaire dans une membrane, mais sans résultats probants à ce jour. 

Pour en savoir plus

Diabète de type 1 : succès de la greffe de cellules pancréatiques

Article publié le 8 septembre 2009 par Destination Santé

Une équipe lilloise de l'Inserm annonce des résultats très encourageants cinq ans après la greffe de cellules du pancréas, fabriquant de l'insuline, chez des patients atteints d'une forme sévère de diabète de type 1, qui n'en sécrétaient plus du tout.

En 2004, une équipe de l'Inserm dirigée par François Pattou, à Lille, annonçait la réussite d'une greffe de cellules pancréatiques chez un patient atteint de diabète de type 1. Cinq ans plus tard, 14 diabétiques ont bénéficié de cette nouvelle technique, avec des résultats jugés très satisfaisants.

Tous les patients traités étaient atteints d'une forme sévère de diabète de type 1, sans aucune sécrétion d'insuline. « Après 3 à 6 ans de suivi, 11 patients (79%) ont présenté un équilibre glycémique satisfaisant, précise François Pattou. Pour huit d'entre eux, ce résultat a été rendu possible sans aucune injection d'insuline. Les trois patients qui ont secondairement perdu leur greffon sont revenus à leur situation antérieure, après arrêt du traitement antirejet. »

Une intervention lourde, à réserver aux cas les plus graves

La nécessité d'un puissant traitement antirejet reste un frein important au développement de la technique. Cette contrainte impose une surveillance attentive pour détecter et traiter rapidement les complications - infectieuses ou tumorales - favorisées par la diminution des défenses immunitaires.

Pour l'auteur, « cette nouvelle approche reste (donc) réservée aux formes de diabète les plus instables, pour lesquelles le pronostic vital est engagé ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !