L’acide protocatéchique, un métabolite présent dans le thé vert. © shchus, Adobe Stock

Santé

Une molécule du thé vert contre le diabète ?

ActualitéClassé sous :diabète , Diabetes , traitement du diabète

Des chercheurs ont mis au point un système de contrôle génétique piloté par des cellules artificielles et déclenché par l'ingestion d'une molécule contenue dans le thé vert, l'acide protocatéchique. Ils sont ainsi parvenus à soigner des souris et des singes atteints de diabète de type 1 et 2.

Non, le thé vert, aussi bon pour la santé soit-il, ne permet pas de guérir le diabète. De plus, la quantité de molécules présentes dans le thé vert ne permet pas d'avoir une action bien ciblée. Cela étant, il paraît difficile de le considérer comme un traitement potentiel comme on peut l'entendre ça et là. Néanmoins, l'un de ses principes actifs pourrait bien avoir une utilité dans le développement d'un traitement futur à base de cellule synthétique. 

L'expérience scientifique 

L'objectif des thérapies cellulaires est de remplacer des cellules déficientes (ici, celle du pancréas) par un système technologique reproduisant les fonctions desdites cellules. Les scientifiques à l'origine de cette étude ont construit plusieurs technologies de contrôle génétique afin de développer un système fonctionnel. Il agit de telle manière qu'un redresseur transcriptionnel d'une bactérie du sol (Streptomyces coelicolor) sensible à la molécule du thé vert, est utilisé pour faire office d'interrupteur. Lorsque cette molécule est ingérée, cela déclenche la sécrétion d'hormones adaptées, en l'occurrence ici de l'insuline ou du glucagon.

Jusqu'à présent, il persistait un manque d'inducteurs de contrôle à distance qui soient sûrs et pouvant être étroitement réglementés. Le couple Streptomyces coelicolor/acide protocatéchique semble répondre à ces critères. Les expérimentateurs ont réussi à traiter des souris et des singes atteints de diabète de type 1 et 2 en insérant ce système de contrôle au sein de leur organisme. Il suffisait donc que les animaux ingèrent ladite molécule, à savoir l'acide protocatéchique, pour activer le processus de sécrétion.

Un système implanté à la place des traitements chroniques et des injections d'insuline pour soigner le diabète ? © Freshidea, Adobe Stock

La thérapie cellulaire : le futur de la médecine ? 

La communauté scientifique considère que si les barrières technologiques sont dépassées, alors la thérapie cellulaire représentera le futur de notre médecine moderne. Cette étude est peut-être une prémisse à une révolution dans notre façon de guérir des maladies telles que le diabète. À la place des traitements chroniques et des injections d'insuline, nous pourrions peut-être espérer avoir un système implanté qui assure une partie du rôle de notre pancréas grâce à l'ingestion d'une molécule active précise. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Du venin pour traiter le diabète, l'obésité et les allergies  Dans le sud de la Belgique, une équipe de recherche travaille sur un sujet un peu particulier. En utilisant du venin prélevé sur des animaux sauvages, des scientifiques espèrent développer des traitements contre le diabète, les allergies ou encore l’obésité. La chaîne Euronews nous en dit plus au cours de cet épisode de Futuris.