Pour la première fois, de l’ADN a été séquencé dans l’espace. Cette innovation pourra permettre à l’avenir de suivre les microbes présents dans la Station spatiale internationale ou de diagnostiquer des maladies chez les astronautes.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] ISS : visitez la prodigieuse Station spatiale internationale La Station spatiale internationale (ISS) est en orbite depuis 1998. Bien qu’elle ait déjà fait plus de 100.000 fois le tour de notre planète, seules 230 personnes ont pu monter à son bord. Pour ceux restés sur Terre, l’Agence spatiale européenne (Esa) a préparé, en vidéo, une petite visite guidée de la Station, que nous vous invitons à découvrir ici.

MinION est un outil de séquençageséquençage développé par l'entreprise Oxford Nanopore Technologies et disponible dans le commerce. Ce séquenceur portable a permis de réaliser le premier séquençage d’ADN réalisé dans l'espace. Le principe de cet appareil consiste à envoyer un courant ionique positif à travers de minuscules pores percés dans des membranes. En même temps est envoyé un fluide contenant l'ADNADN. En bloquant partiellement les nanopores, ces longues moléculesmolécules modifient le courant d'une façon qui dépend de la suite de bases qu'elles portent (les lettres du code génétiquecode génétique), ce qui permet donc le séquençage.

Au cours de l'été 2016, l'astronaute de la Nasa Kate Rubins a séquencé pour la première fois de l'ADN dans la Station spatiale internationale (ISS). Une des questions posées avant cette expérience était de savoir comment la microgravité affecterait le mouvementmouvement des fluides dans le séquenceur. Un des enjeux concernait la formation de bulles : sur TerreTerre, elles montent et peuvent être supprimées par centrifugation, mais en micropesanteur, leur comportement est imprévisible...

Pour ce premier séquençage dans l'espace, les échantillons ont été préparés sur Terre. MinION a permis de séquencer des échantillons d'ADN de souris, de bactériesbactéries et de virusvirus. À l'avenir, ce séquenceur portable pourrait servir au diagnosticdiagnostic de maladies chez les astronautes, à la surveillance microbiologique de la nourriture présente dans la Station ou à l'identification de microbesmicrobes dans l'environnement.

Une autre applicationapplication vient aussi à l'esprit : le séquençage des formes de vie extraterrestre, sous réserve qu'elles possèdent un ADN...