Santé

Des cellules humaines datées au carbone 14

ActualitéClassé sous :génétique , datation au carbone 14 , cellules humaines

Une équipe américano-suédoise propose une nouvelle technique pour suivre la régénération cellulaire chez l'homme : la datation au carbone 14.

Cellules souches Humaines

Actuellement, on utilise des marqueurs moléculaires pour connaître le nombre de cellules engagées dans chacune des différentes phases d'un cycle de division à un temps donné, ou encore des nucléotides radioactifs (H3-thymidine) ou modifiés (bromodésoxyuridine) pour marquer les cellules nouvellement créées et suivre leur intégration dans les tissus.

Mais aucune de ces techniques n'offre la possibilité de déterminer rétrospectivement le taux de renouvellement cellulaire dans un prélèvement de tissu humain. C'est pourtant ce que sont parvenus à faire Bruce Buchholz, du Lawrence Livermore National Laboratory, et ses collègues suédois. Et cela grâce aux essais nucléaires atmosphériques.

En effet, durant les années 1950 à 1963, date de leur interdiction, les expériences d'explosions nucléaires ont provoqué un pic du niveau de carbone 14 (C14) dans l'air qui a pu s'intégrer dans l'ADN humain, la concentration en C14 étant ensuite revenue à la normale. Ainsi, les chercheurs ont analysé l'incorporation de C14 dans le génome des tissus des échantillons post mortem de deux régions du cerveau de dix Suédois nés avant et après les tests nucléaires.

La quantité de C14 dans les cellules post mortem étant lié à celle dans l'atmosphère au moment de la dernière division cellulaire, ils ont pu établir l'âge des cellules et notamment celui des neurones corticaux. Or il existe un débat pour savoir si le phénomène de neurogenèse se poursuit ou non au cours de la vie d'un homme.

Les données apportées par cette nouvelle méthode d'analyse - dans les limites de sa sensibilité - révèlent que les cellules de la région du cortex occipital sont aussi âgées que l'individu, ce qui indique qu'il n'y a pas eu de nouvelles cellules formées après la naissance. Il faudra cependant étendre l'étude à l'ensemble des zones cérébrales pour trancher définitivement la question

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi