L'éco-anxiété est un ressenti normal face à la crise climatique. © Antonio Rodriguez, Adobe Stock
Santé

L'éco-anxiété a aussi des aspects positifs

ActualitéClassé sous :Émotions , semaine du cerveau , changement climatique

L'éco-anxiété, voilà un terme de plus en plus populaire depuis quelques années. Que se cache-t-il derrière ce sentiment anxieux face à la crise climatique que nous vivons ? Ne génère-t-elle que des sentiments négatifs ? Voici quelques éléments de réponse.

Explorez les interviews de chercheurs, photographes, voyageurs témoins d'un monde qui change sous le joug du réchauffement climatique.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Réchauffement climatique : notre planète en territoire inconnu  Dans la version préliminaire — qui ne couvre que les neuf premiers mois de l’année 2021 — de son rapport annuel State of the Global Climate, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) confirme la tendance au réchauffement climatique. Pour la première fois, la barre d’une hausse de 1 °C par rapport aux moyennes préindustrielles a été franchie sur la période des vingt dernières années. Mais le rapport met surtout en avant les nombreux phénomènes météo extrêmes survenus en 2021 et leurs conséquences pour la planète et pour l’humanité. © Organisation météorologique mondiale 

À la lecture du dernier rapport du Giec ou d'articles qui rapportaient ses conclusions, vous vous êtes peut-être senti démuni et l'avenir vous semble sombre et sans espoir. Une angoisse face au futur qui attend l'humanité si rien ne change. Ce ressenti est connu sous le nom d'éco-anxiété. Le terme est apparu pour la première fois dans des articles de presse en France en 2018, et depuis la canicule de 2019, l'intérêt des rédactions pour ce terme ne se dément pas.

Mais c'est quoi au juste l'éco-anxiété ? Charline Schmerber, psychologue spécialiste du sujet, explique que « l'éco-anxiété n'est pas une maladie, c'est une réaction adaptative normale. Les gens qui en sont atteints sont lucides et clairvoyants ». Si l'éco-anxiété n'est pas une maladie mentale, elle se manifeste tout de même par des symptômes appartenant au spectre des troubles anxieux et des émotions, ou éco-émotions, puisqu'ils sont liés à la crise climatique, et commencent à intéresser les scientifiques.

La crise climatique fait naître de l'éco-anxiété chez de nombreuses personnes. © Sergey Nivens, Adobe Stock

Aperçu d'un éco-anxieux

Qui sont les éco-anxieux ? Charline Schmerber qui en reçoit régulièrement dans son cabinet montpelliérain a mené une enquête de témoignages en ligne entre septembre et octobre 2019, une année où l'été fut particulièrement chaud. Les résultats de cette enquête ne sont pas représentatifs de la population française générale mais sont l'écho des ressentis des participants, environ 1.200, sur l'éco-anxiété. Ils permettent aussi de se faire une idée des profils les plus susceptibles de ressentir cette émotion. Selon l'enquête, les femmes, les 26-45 ans, les catégories socio-professionnelles élevées et les citadins sont les plus concernés par la notion d'éco-anxiété.

La crise climatique est un phénomène aux conséquences multiples : augmentation des températures, phénomènes climatiques extrêmes, perte de la biodiversité, émergence de maladies et tant d'autres. Les participants ont rapporté un sentiment anxieux important face à des notions comme la perte de la biodiversité, l'appauvrissement des ressources en eau et le réchauffement climatique pour ne citer que les trois plus importants. Tout cela est couplé à des risques particulièrement redoutés des éco-anxieux comme la guerre, les pénuries alimentaires et en eau, la violence et des crises économiques et sanitaires.

Comment faire face à ce ressenti ? Charline Schmerber propose plusieurs axes de prise en charge à ces patients : prendre soin d'eux, renforcer leur relation avec les autres, ou encore agir à titre personnel ou dans une association environnementale. Selon les éco-anxieux, la meilleure façon de faire face à ce sentiment est d'en discuter avec l'entourage proche (famille, amis, ou collègues) et, dans une moindre mesure, avec un thérapeute.

La crise climatique fait aussi naître des émotions positives

La crise climatique ne suscite pas que des sentiments négatifs. En effet, les participants à l'enquête de Charline Schmerber ont aussi renseigné des émotions comme la joie, la motivation, l'espoir ou la détermination. Panu Pikhala, de l'université d'Helsinki, est l'un des fers de lance de la recherche sur les éco-émotions, une discipline encore balbutiante qui s'intéresse aux ressentis des personnes mais aussi comment ces derniers influent les réactions face au changement climatique.

Dans un article paru le 14 janvier 2022 dans Frontiers in climate, Panu Pikhala propose un inventaire des éco-émotions répertoriées dans la littérature scientifique, qui sont aussi bien positives que négatives. Par exemple, la motivation, le besoin d'agir et la détermination sont liés à l'envie des personnes de faire quelque chose d'utile. Le plaisir, la joie et la fierté apparaissent quand les personnes adoptent un comportement « pro-environnement » comme s'engager dans une association ou entamer une transition écologique à la maison. D'autres se sentent optimistes et sont pleins d'espoir face à un monde en pleine mutation. Enfin, aussi paradoxal que cela puisse paraître, la crise climatique peut faire émerger un sentiment d'amour et de compassion pour les endroits et les populations les plus touchés.

Dans le monde anglophone, la psychologie du climat ou climate psychology est un domaine bien plus développé qu'en France. Néanmoins, ces notions commencent à infuser dans le milieu universitaire avec, notamment les premières thèses de psychologie ou de sociologie ayant pour thème l'éco-anxiété.

Pour en savoir plus

En plus des ateliers proposés dans toute la France par la Société de Neurosciences, à l'origine de la Semaine du cerveau, Futura met à l'honneur les dernières avancées scientifiques concernant notre ciboulot. Cognition, psychologie ou encore histoires insolites et extraordinaires, une collection d'articles, de questions-réponses et de podcasts à retrouver toute cette semaine sous le tag « Semaine du cerveau » et sur nos réseaux sociaux !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !