La solastalgie peut prendre diverses formes, allant de l'insomnie à la dépression. © Wordley Calvo Stock, Adobe Stock

Santé

Solastalgie

La solastalgie est une détresse profonde causée par les changements perçus comme irréversibles de notre environnement. En évoluant dans un monde qui semble s'autodétruire, certaines personnes finissent par être envahies d'un sentiment d'impuissance étouffant. Ainsi, la solastalgie va souvent de pair avec la collapsologie. « L'endroit où j'ai grandi et où je voudrais faire grandir mes enfants est en train de s'effondrer, et je ne peux rien y faire », pensent ces personnes. En quelque sorte, on peut dire que la solastalgie est un stress pré-traumatique. Cette sensation accablante pousse à divers symptômes : tristesse, anxiété, insomnie, anorexie, dépression

Origine du concept de solastalgie

Le terme « solastalgie » est un néologisme mis au jour par Glenn Albrecht, philosophe australien de l'environnement. En 2007, il a publié un article majeur sur le sujet, où il développe avec son équipe la détresse causée, les changements de l'environnement, et leurs répercussions dans les domaines de la santé et de l'identité.

Étymologiquement, le terme provient du mot anglais « solace » qui signifie « réconfort », et de « algie » qui veut dire « douleur ». Cela peut être traduit par la douleur liée à la perte de ce qui nous réconforte, en l'occurrence notre environnement. Notre cocon.

Glenn Albrecht explique également que le concept fait référence à la nostalgie. Plus exactement, il a construit la solastalgie pour qu'elle ait une similitude structurelle avec la nostalgie. De fait, si la nostalgie est le regret du passé avec un goût positif, la solastalgie est son opposé dans un miroir : le regret du futur avec une note amère. Les deux sont reliées par une douleur plus ou moins profonde. Alice Desbiolles, médecin de santé publique spécialisée en santé environnementale, le résume de cette façon : « Le mal du pays, c'est le pays que l'on quitte. La solastalgie, c'est le pays qui nous quitte. »

Dans tous les cas, la solastalgie n'est pas à minimiser. Si le besoin s'en fait sentir, elle peut faire l'objet d'un suivi psychologique.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !