L'obésité est un facteur de risque connu de la maladie à Covid-19. © Jakub Cejpeck, Shutterstock
Santé

Obésité et origine ethnique : des facteurs de risques qui s’additionnent dans la maladie à Covid-19

ActualitéClassé sous :Coronavirus , bilan épidémiologique , coronavirus

-

On sait déjà qu'être obèse augmente les risques d'hospitalisation et de décès en cas de contamination par le SARS-CoV-2. On sait également que certaines origines ethniques accroissent aussi le risque de formes graves de la maladie à Covid-19. Qu'en est-il des personnes qui cumulent ces facteurs de risque ? Une étude s'est penchée sur la question en analysant les données de 12,6 millions d'Anglais.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Naturellement vôtre : l'obésité est-elle une maladie sociétale ?  Notre société moderne peut-elle influencer des maladies comme l'obésité ? Dans cette vidéo, le nutritionniste Arnaud Cocaul, revient sur la pression de l'environnement subie par notre génome. Selon lui, la pollution atmosphérique, les additifs et les pesticides modifient l'expression des gènes et peuvent conduire à des maladies dites sociétales, comme l'obésité. 

L'obésité est un facteur de risque bien connu des formes graves de la maladie à Covid-19. L'IMC (Indice de Masse Corporelle) est directement lié au risque de mourir de la Covid-19. L'obésité favorise un état pro-inflammatoire de l'organisme. Lors d'une infection par le SARS-CoV-2, ces patients sont plus exposés au fameux « orage cytokinique ». Moins médiatisée mais également très documentée, l'origine ethnique du patient est également un facteur de risque de faire une Covid-19 sévère. En effet, le risque est multiplié par quatre chez les personnes de couleur noire ou issues d'Asie du Sud. Que se passe t-il chez les personnes obèses et de couleur noire ? Si les facteurs de risque semblent s'additionner selon les données disponibles dans la littérature, les auteurs d'une étude publiée le 2 février dans la prestigieuse revue Nature ont souhaité investiguer plus précisément la question.

Les facteurs de risques se cumulent en cas de surpoids

Les chercheurs ont analysé l'association entre l'IMC des patients et la mortalité liée à une infection par la Covid-19 chez différents groupes ethniques. L'étude a été réalisée grâce à des données anglaises, datant de l'année 2020 (de janvier à décembre). La répartition des ethnies était la suivante :

  • 11.074.708 personnes blanches ;
  • 416.542 personnes noires ;
  • 621.691 personnes issues d'Asie du Sud ;
  • 478.196 personnes issues de groupes ethniques minoritaires.

Sans surprise, l'IMC était associé au risque de mourir de la Covid-19 dans chaque sous-groupe ethnique. En revanche, le risque était plus accentué parmi les populations de personnes de couleur, issues d'Asie du Sud ou de groupes ethniques minoritaires comparé aux personnes blanches.

Les personnes d'Asie du Sud ont plus de risques de faire une forme grave de la maladie. © ryanking999, Adobe Stock

Le risque ethnique est réduit en l’absence de surpoids

De manière intéressante, parmi les personnes non obèses, il n'y avait pas plus de risques de mourir de la Covid-19 parmi les populations de personnes de couleur ou issues de groupes ethniques minoritaires en comparaison avec des personnes blanches.

Par contre, les personnes issues d'Asie du Sud avaient un sur-risque de mourir de la Covid-19 en comparaison avec des personnes blanches même en l'absence de surpoids. Des observations similaires ont été faites avec le risque d'hospitalisation lié à la Covid-19. Si ces constations étaient similaires chez les femmes et chez les hommes, les associations étaient encore plus fortes chez les personnes de plus de 70 ans. En conclusion, ces données encouragent à surveiller tout particulièrement les patients cumulant les facteurs de risques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !