Les anticorps présents uniquement après une réinfection pourraient servir de biomarqueur pour identifier de tel cas. © Christoph Burgstedt, Adobe Stock
Santé

Un marqueur pour différencier les infections des réinfections à la Covid-19

ActualitéClassé sous :Coronavirus , système immunitaire , Variant du coronavirus

L'émergence des nouveaux variants du SARS-CoV-2 augmente le risque de réinfection. Des chercheurs du MIT ont identifié plusieurs marqueurs immunologiques permettant de différencier une infection d'une réinfection après une simple prise de sang.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Est-on protégé contre la Covid en ayant été infecté ?  Une infection au coronavirus induit une réponse immunitaire acquise. Mais pour combien de temps est-elle efficace contre les variants ? 

Les nouveaux variants du SARS-CoV-2 amènent avec eux un risque qui semblait limité au début de la pandémie, celui de la réinfection. La disparition progressive de l'immunité permet à un nouveau variant d'infecter une personne qui l'a déjà été quelques mois auparavant. Les scientifiques du MIT ont identifié des marqueurs immunologiques, détectables après une prise de sang, qui permettent de distinguer rapidement les réinfections des primo-infections. Ils publient leurs résultats dans mBio

Des anticorps spécifiques aux réinfections comme marqueurs

La première partie de leur recherche a été faite sur des macaques rhésus qui, infectés par la Covid-19, présentent une réponse immunitaire proche de celle des êtres humains. Les singes ont été infectés plusieurs fois avec la même souche de SARS-CoV-2, mais à des doses différentes durant cinq semaines. Durant le processus, les scientifiques ont réalisé des prises de sang sur les animaux pour suivre l'évolution des anticorps et identifier lesquels sont spécifiques à la réinfection. 

Les anticorps IgG1 dirigés contre la protéine S et la nucléocapside augmentent après une réinfection chez les animaux. Reste à savoir si cette observation est similaire chez l'être humain. Pour cela, 4.469 personnes travaillant pour Space X se sont portées volontaires, 324 ont été infectées par le virus et 9 étaient des cas de réinfection. L'analyse de la réponse immunitaire des volontaires confirme ce qui a été observé chez les singes. Les IgG1 contre plusieurs parties de la protéine S (le RBD, S1 et S2) mais aussi les IgG3 contre le RBD augmentent significativement après une réinfection par le SARS-CoV-2, contrairement à ce qui est observé après une primo-infection.

La recherche de ces marqueurs biologiques dans le sang des personnes infectées pourrait permettre de différencier une primo-infection d'une réinfection, d'autant plus que le même variant est détecté lors du dépistage. « Notre capacité à surveiller et à contrôler à la fois l'infection et la réinfection repose sur le développement de stratégies de dépistage simples et immunologiquement solides », notent les auteurs de l'étude. L'analyse de ces anticorps pourrait en être une.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !