La Covid-19 pourrait dégrader la qualité du sperme des hommes qui ont contracté la maladie selon une étude allemande. © blueshot, Getty Images
Santé

La Covid-19 ne se transmet pas par voie sexuelle, mais altère la qualité du sperme

ActualitéClassé sous :Coronavirus , Sperme , Corps humain

-

Après la Covid-19, la qualité du sperme des hommes concernés par la maladie se dégrade. Les troubles morphologiques, de mobilité ou de quantité peuvent perdurer plusieurs mois dans de rares cas.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] On sait enfin comment nage un spermatozoïde !  Les premières observations au microscope des spermatozoïdes décrivaient la nage des cellules sexuelles mâles comme celle des anguilles. Cela a fait consensus pendant des centaines d'années jusqu'à ce qu'une équipe de chercheurs décide d'observer la nage des spermatozoïdes en 3D. 

La Covid-19 n'est pas une maladie sexuellement transmissible, mais elle peut tout de même perturber les spermatozoïdes. Une étude belge réalisée auprès de 120 hommes guéris de la Covid-19 montre que l'infection altère la mobilité des spermatozoïdes ainsi que leur nombre, jusqu'à deux mois après l'apparition des symptômes.

Les spermatozoïdes sont impactés par la Covid-19. © phonlamaiphoto, Fotolia

Une qualité du sperme réduite après la Covid-19

Dans un premier temps, les scientifiques ont recherché la présence de l'ARN du coronavirus dans le sperme des participants. Un test revenu négatif pour tous les échantillons, confirmant que le SARS-CoV-2 ne peut pas se développer dans les cellules productrices de sperme. 

En revanche, le nombre total de spermatozoïdes produits et leur mobilité sont profondément réduits, surtout dans le premier mois après la maladie. Seuls 24,6 % des échantillons analysés étaient normaux. Pour les autres, les scientifiques ont observé une altération de la mobilité des spermatozoïdes voire pas de mobilité du tout, mais aussi des défauts morphologiques et une quantité trop faible de spermatozoïdes dans le sperme.

À un mois post-Covid, 60 % des échantillons présentaient des troubles de la mobilité des spermatozoïdes, 37 % entre un et deux mois post-Covid et encore 28 % plus de deux mois post-Covid. Le nombre de spermatozoïdes est trop faible pour 37 % des hommes testés un mois après l'infection, pour 29 % d'entre eux à 1-2 mois après l'infection et pour seulement 6 % deux mois après.

Ces observations ne sont pas corrélées avec la gravité des symptômes contractés par les participants. Si des troubles persistent encore deux mois après la Covid-19, les scientifiques ne savent pas encore si certaines de ces anomalies peuvent perdurer plus longtemps. Cela a un impact pour les couples qui ont un projet de bébé. La qualité du sperme chez un homme ayant eu la Covid ne pourrait pas être optimale et cela pendant plusieurs mois.

Pour en savoir plus

La Covid-19 pourrait aussi dégrader la qualité du sperme

Article publié le 30 janvier 2021 par Futura avec l'AFP-Relaxnews

Moins mobiles, moins concentrés, de forme altérée, les spermatozoïdes des hommes ayant contracté une forme grave de la Covid-19 sont de moins bonne qualité d'après le constat d'une étude allemande portant sur un petit nombre de patients. Le système reproductif masculin est-il ciblé et s'inscrira-t-il sur la liste des séquelles consécutives à la maladie ? D'autres travaux sont nécessaires pour constater un lien entre fertilité et Covid-19. 

La Covid-19 pourrait altérer la qualité du sperme des hommes qui l'ont contractée selon une étude allemande publiée vendredi dans la revue scientifique Reproduction, portant sur un petit nombre de patients et dont les conclusions devront être confirmées par d'autres travaux. L'équipe de chercheurs de l'université Justus-Liebig (Giessen, Allemagne) a analysé régulièrement pendant deux mois le sperme de 84 hommes (âgés de moins de 40 ans) infectés par le coronavirus, en majorité atteints d'une forme grave, et l'a comparé avec celui de 105 individus n'ayant pas contracté la maladie.

Chez les hommes malades de la Covid-19, les marqueurs d'inflammation et de stress oxydatif dans les spermatozoïdes étaient deux fois plus élevés par rapport au groupe témoin. Les auteurs constatent aussi une concentration en spermatozoïdes et une mobilité de ces derniers « nettement moindres » et beaucoup plus de spermatozoïdes avec une forme altérée parmi les participants atteints de Covid.

« Ces résultats constituent la première preuve expérimentale directe que le système reproductif masculin peut être ciblé et affecté par le Covid-19 », concluent-ils. Ils soulignent que les altérations observées correspondent à un état d'« oligoasthénotératospermie, qui est l'une des causes les plus fréquentes de l'hypofertilité chez les hommes ».

 Il est encore trop tôt pour affirmer que la Covid-19 peut altérer le système reproductif masculin. © Sebastian Kaulitzki, Shutterstock

Aucune preuve pour le moment

Des experts n'ayant pas participé à l'étude avertissent toutefois que d'autres recherches doivent être menées avant de tirer des conclusions. « Les hommes ne doivent pas s'alarmer outre mesure. Il n'y a pour le moment aucune preuve établie de dommages à long terme causés par la Covid-19 au sperme ou au potentiel de reproduction masculin », tempère Alison Campbell, directrice de l'embryologie pour le groupe de cliniques spécialisées Care Fertility.

La fièvre peut avoir un impact négatif sur la production de sperme, quelle que soit la maladie qui l'a causée

Les auteurs observent eux-mêmes qu'une hypothèse est que les résultats observés soient dus aux traitements reçus par certains patients, en particulier les corticostéroïdes, les antiviraux et les antirétroviraux, certaines études ayant mis en évidence un impact négatif sur la qualité du sperme. 44 % des participants du groupe Covid avaient été traités avec des corticostéroïdes et 69 % avec des antiviraux.

Indépendamment de l'action du coronavirus, « nous savons déjà que la fièvre peut avoir un impact négatif sur la production de sperme, quelle que soit la maladie qui l'a causée », note aussi Allan Pacey, spécialiste de la fertilité masculine à l'université de Sheffield (Royaume-Uni).

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !