Pour étudier sans limites des maladies neurodégénératives, une équipe française a créé des « mini-cerveaux », où le tissu cérébral est reconstitué en trois dimensions.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les cellules souches pourraient réparer une moelle épinière endommagée La moelle épinière fait partie du système nerveux central. Lorsqu’elle est endommagée, le lien entre le corps et le cerveau se trouve altéré. Jusqu’à présent, une lésion de cette partie du corps ne laissait que peu d’espoir de guérison. Découvrez, en vidéo et grâce à Discovery Science, comment les cellules souches pourraient permettre une rémission.

Fabriquer un cerveau, voilà qui semble très loin du possible aujourd'hui. C'est pourtant cette voie qu'explore une équipe du laboratoire CellTechs, de l'école SupBiotech, en collaboration avec le CEA (Commissariat à l'énergieénergie atomique et aux énergies alternatives).

Les chercheurs partent de cellules souchescellules souches, c'est-à-dire sans aucune spécialisation. D'origine humaine, elles ont notamment été obtenues à partir de cellules de peau « reprogrammées ». On les dit « pluripotentes induites », ou IPS. Elles peuvent alors être différenciées pour devenir, par exemple, des cellules cérébrales.

Mises en culture dans des boîtes de Petri, elles finissent par former une petite sphère que ces scientifiques appellent parfois « mini-cerveaux », ou « mini-brains ». « Plus précisément, ce sont des organoïdes neuroectodermiques, nous explique Frank Yates, enseignant-chercheur à SupBiotech, responsable de cette équipe. Aujourd'hui, nos cultures comptent entre 500.000 et un million de cellules, et mesurent environ 2 mm de diamètre ».

Quatre « mini-cerveaux » dans leur boîte de Petri. Leur petite taille permet de nourrir les cellules par un milieu liquide approprié bien qu'il n'y ait aucune vascularisation. © CellTechs

Quatre « mini-cerveaux » dans leur boîte de Petri. Leur petite taille permet de nourrir les cellules par un milieu liquide approprié bien qu'il n'y ait aucune vascularisation. © CellTechs

Le tissu cérébral simulé dans sa complexité

Si des expériences de ce genre ne sont pas une première, celle-ci est une avancée car les biologistes créent une structure en trois dimensions. Ils veulent y faire croître des cellules de différents types (neurones, cellules glialescellules gliales et oligodendrocytes), qui plus est au sein d'une matrice extracellulairematrice extracellulaire semblable à celle du cerveaucerveau (faite de moléculesmolécules comme des sucressucres ou des peptidespeptides). « Les cellules possèdent une capacité d'auto-organisation. Des tissus complexes peuvent donc se former ainsi. »

Bien sûr, l'idée n'est pas de faire un cerveau fonctionnel mais de créer un modèle pour étudier les maladies neurodégénérativesmaladies neurodégénératives : Alzheimer et Parkinson ou les maladies à prionsprions, comme Creutzfeldt-Jacob. « Durant la maladie d'Alzheimermaladie d'Alzheimer, les neuronesneurones meurent. Mais ils ne sont pas les seuls en cause. Pour simuler un tissu cérébral pathologiquepathologique, il faut en reconstituer la complexité. »

Des neurones d'un mini-cerveau rendus visibles en microscopie par un marquage fluorescent. Ils se développent en trois dimensions. © CellTechs

Des neurones d'un mini-cerveau rendus visibles en microscopie par un marquage fluorescent. Ils se développent en trois dimensions. © CellTechs

Ces « mini-brains » sont des modèles d'études

En partant de cellules de patients présentant la maladie d'Alzheimer, on peut espérer ainsi obtenir un minuscule organe sur lequel on pourra étudier cette pathologiepathologie de toutes les manières possibles. Ce « mini-cerveau » pourra par exemple être découpé en tranches et observé avec les techniques de microscopie habituelles, après des marquages de toutes sortes. Des expériences d'activation ou désactivation de gènesgènes pourront être conduites, etc.

Pour l'instant, l'équipe de CellTechs n'a pas reproduit un tissu cérébral qui serait similaire à celui d'un patient atteint de la maladie d'Alzheimer. « On ne retrouve pas à ce stade les plaques caractéristiques, dites "amyloïdes", mais l'équipe parvient à faire apparaître des molécules qui y sont associées. Ce genre de modèle cérébral pourra permettre de démêler les causes à l'origine de ces pathologies. La maladie d’Alzheimer se présente sous des formes génétiquesgénétiques (chez des personnes qui la développent jeunes) mais il y a aussi des facteurs environnementaux. Les mini-cerveaux se prêteront un jour à de nombreuses expériences pour tenter de déchiffrer cette complexité.