Une étude récente conclut que boire du café, dans des quantités modérées, réduit le risque de mortalité. Qu'en est-il vraiment ? 

Les études scientifiques qui mettent en avant les bénéfices du café pour la santé sont nombreuses, à tel point que l'on serait tenté de multiplier les pauses-café pour diminuer les risques de contracter diverses maladies ou même les risques de mourir comme le suggère la dernière étude en date sur les bénéfices du café. La conclusion de l'étude publiée dans Annal of Intern Medicine dit qu'« une consommation modérée de café non sucré ou sucré est associée à un risque plus faible de décès ». Une association moins robuste, du point de vue des statistiques, quand on considère le café sucré ou agrémenté d'un édulcorant. Cela justifie-t-il de boire du café pour grappiller des années de vie ? Malheureusement, ce n'est pas aussi simple.

Le café, ami ou ennemi de la santé ? © grandriver, Istock.com 
Le café, ami ou ennemi de la santé ? © grandriver, Istock.com 

Un lien entre café et mortalité ?

L'étude en question est une étude observationnelle, c'est-à-dire qu'elle ne peut mettre en avant qu'un lien et non pas une causalité. Elle ne prouve donc pas que le café est le responsable direct de la baisse de mortalité observée entre les non-consommateurs et les consommateurs de café. Les résultats ont été obtenus auprès de 171.616 participants, âgés en moyenne de 55 ans, pour lesquels des données sur leur mode de vie, le profil démographique et leur régime alimentaire étaient disponibles dans la base de donnéesbase de données médicale UK BioBank

Toutefois, l'estimation du risque de décès a été calculée sur un échantillon beaucoup plus faible, puisque 3.117 décès ont été enregistrés pendant le temps de l'étude. « C'est suffisant pour donner des estimations des comparaisons des taux de mortalité pendant le suivi, mais il y a beaucoup d'incertitude statistique dans ces estimations », explique Kevin McConway, professeur émérite en statistique appliquée à l'Open University au Royaume-Uni.

Un autre élément qui appelle à la prudence : les scientifiques n'ont pas intégré les changements dans la consommation de café dans leur étude. La moitié des participants ont renseigné leur consommation de café à un moment donné du suivi, et c'est tout. Cette donnée n'est pas représentative dans la consommation réelle de café des participants durant le suivi de dix ans. « Les habitudes de consommation de café signalées datent de près de 10 ans et les habitudes peuvent avoir changé depuis [...] ce qui peut être pertinent en matièrematière de santé et de mortalité associées », souligne Annette Creedon de la British Nutrition Foundation.

Voir aussi

Quel est le meilleur moment pour boire son café du matin ?

Des différences entre les modes de vie ou l'alimentation des participants peuvent aussi contribuer à la différence de mortalité entre les consommateurs de café et les non-consommateurs. Si les scientifiques peuvent faire des ajustements pour éliminer ces facteurs tiers, c'est impossible de s'en débarrasser complètement.

Multiplier les cafés n'augmentera pas votre espérance de vie. Selon toute vraisemblance, la consommation de cette boisson en quantité raisonnable n'est pas mauvaise pour la santé, à l'exception de cas très précis où elle est déconseillée, toute assertion au-delà de celle-ci serait risquée.