Planète

Mode de vie des insectes : le cas particulier des insectes eusociaux

Dossier - Fourmi : les secrets de la fourmilière
DossierClassé sous :zoologie , fourmi , ouvrière

-

Elles sont plusieurs millions de milliards et ont colonisé presque toutes les régions de la planète : les fourmis, avec leur organisation similaire aux sociétés humaines, montrent que l'union fait la force. Découvrez tous les secrets de ces insectes sociaux.

  
DossiersFourmi : les secrets de la fourmilière
 

Le nombre des insectes est prodigieux. Environ 900.000 espèces ont été décrites et classées. Et l'on estime que des millions d'autres sont encore à découvrir, en particulier dans la canopée des forêts tropicales. Puisque environ 1,9 million d'espèces animales ont été décrites, cela signifie que la moitié des animaux peuplant le Globe sont des insectes.

Le monde fascinant des fourmis. © Menang Rizalis Ent. - CC BY-NC 2.0

 La plupart sont des individus solitaires, vivant à la manière des sauterelles ou des papillons. C'est-à-dire que chaque individu vit isolément, cherchant individuellement son alimentation.

Les fourmis font partie de la classe des insectes. © Yrichon - licence Creative Commons Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 Unported

Reproduction des insectes

  • Généralité sur la reproduction des insectes

Ce n'est qu'au moment de la reproduction que l'insecte se rapproche d'un partenaire de l'autre sexe pour s'accoupler. Cette opération achevée, chacun reprend sa route. Les femelles pondent sans s'inquiéter de leur descendance. Les jeunes larves issues des œufs mènent habituellement à leur tour une vie solitaire plus ou moins errante. Après avoir subi une croissance marquée par des métamorphoses complètes ou incomplètes, elles deviennent à leur tour des adultes solitaires se déplaçant et se reposant au gré de l'abondance de la nourriture.

  • Reproduction des insectes eusociaux

Quelques milliers d'espèces d'insectes ont un sort différent : elles ont atteint un stade évolutif sophistiqué qualifié d'eusocial. Cette socialité vraie ou ultime signifie que les individus immatures sont élevés en commun dans un nid, qu'au moins deux générations vivent ensemble et que des individus reproducteurs vivent au côté d'individus non reproducteurs.

La fourmi, comme ici la fourmi charpentière Camponotus ligniperda (Forêt d'Olonne, Vendée - France), est un insecte eusocial. © Jean-Jacques Boujot / Flickr - Licence Creative Common (by-nc-sa 2.0)

L'étude des insectes eusociaux et le cas de la fourmi

À côté des termites, ces insectes eusociaux se rencontrent chez les hyménoptères : guêpes, bourdons, abeilles et fourmis forment des colonies plus ou moins complexes. Les fourmis sont sans doute les mieux étudiées car elles présentent plusieurs avantages. Alors que les espèces d'abeilles à miel se comptent sur les doigts des deux mains, on dénombre près de 14.000 espèces de fourmis ce qui laisse espérer une grande diversité de modes de vie. On les rencontre partout, sur ou sous la terre, dans les arbres, des régions arctiques à l'équateur en passant par les déserts ; chaque chercheur a ainsi devant sa porte son matériel biologique.

Enfin, leur petite taille et l'absence d'ailes permettent de réaliser et de multiplier les élevages dans des nids artificiels de taille modeste. L'observation au laboratoire en est grandement facilitée. La matière ne manque pas. On estime qu'à tout moment 1 à 10 millions de milliards de fourmis circulent sur le Globe. Bien qu'une fourmi ne pèse en moyenne que 1 à 10 mg, soit environ 10 millions de fois moins qu'un être humain, la biomasse de la myrmécofaune excède le poids de toute l'humanité.