Sciences

En bref : Curiosity en mode sans échec depuis le 28 février

ActualitéClassé sous :Astronautique , mars , planète rouge

Depuis son arrivée sur la planète Mars, le rover Curiosity n'avait pas connu de panne significative, jusqu'à mercredi dernier. À l'exception de quelques retards à l'allumage, toutes les servitudes et les instruments scientifiques fonctionnaient normalement. C'est la première fois que le rover de la Nasa est contraint d'arrêter ses recherches.

Autoportrait du rover Curiosity, réalisé avec une série d'images (d'où l'absence du bras robotisé portant l'appareil photo), acquises lors du sol 177. L’ordinateur B prend le relais de l’ordinateur A, le temps que les équipes au sol résolvent son problème de mémoire. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

Le rover Curiosity rencontre sa première panne importante depuis son arrivée en août 2012 sur la planète Mars, alors que tous les voyants étaient au vert. Depuis le 28 février, le rover Curiosity est en mode sans échec. Bien connu des propriétaires de PC, ce mode permet de le faire fonctionner avec un nombre limité de systèmes et d'interrompre le fonctionnement des instruments scientifiques et de sa foreuse. Le contact n'est pas pour autant perdu, mais il se limite au seul transfert de données liées à l'état de santé de Curiosity.

D'après la Nasa, il s'agit d'une saturation de la mémoire Flash de l'ordinateur A qui est à l'origine de cette panne informatique, très certainement provoquée par des radiations cosmiques, mais la cause première reste à déterminer. Les opérations scientifiques sont donc stoppées, le temps que la Nasa règle le problème, ce qui pourrait prendre plusieurs jours. Le système informatique de Curiosity est redondant, de sorte que dès que la panne a été détectée, le rover a basculé sur l'ordinateur B, utilisé lors du transfert entre la Terre et Mars. C'est seulement depuis son atterrissage sur la Planète rouge que Curiosity utilise l'ordinateur A.

Cela dit, la Nasa se dit confiante quant à la capacité des équipes au sol de la mission à restaurer le système, sans perte de données, afin de permettre un retour rapide des activités scientifiques sur Mars. Ce problème a déjà été rencontré sur le rover Spirit de la mission MER, mais il s'est avéré bien plus sérieux en raison de la présence d'un calculateur en boucle, ce qui n'est pas le cas sur Curiosity. Ce qui explique pourquoi le problème est sous contrôle.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi