Planète

Collonges-la-Rouge et Curemonte, deux des plus beaux villages de France

Dossier - Tourisme en Corrèze
DossierClassé sous :Voyage , géographie , Corrèze

Département de transition entre le Massif central et l'Aquitaine, la Corrèze se compose de trois ensembles géologiques : une zone de montagne, des plateaux et le bassin de Brive, au sud-ouest, avec des collines de grès. Ces paysages d’une grande diversité sont émaillés de villages de toute beauté. En somme, c’est un endroit rêvé pour des vacances mêlant à la fois sciences de la Terre et patrimoine.

  
DossiersTourisme en Corrèze
 

Collonges-la-Rouge, la bien nommée, avec ses façades de grès, ses lieux de culte et ses demeures aristocratiques du XVIe siècle, est une commune qui a de quoi être fière de son patrimoine exceptionnel. Plus modeste, Curemonte présente un ensemble médiéval d'une qualité non moins impressionnante. Il s'agit de deux des plus beaux villages de France.

Voici l'histoire du village de Collonges-la-Rouge. En 785, le comte de Limoges donna les terres de Collonges pour financer le monastère de Charroux, en Poitou. La ville bénéficia d'exemptions fiscales, de franchises et du droit d'exercer la justice. Avec le petit âge glaciaire, le XVIIIe siècle fut moins favorable à la cité : froid, disette, vente de la vicomté au royaume de France en 1738, fin des privilèges... puis ce fut le phylloxéra à la fin du XIXe siècle et l'exode rural.

Collonges-la-Rouge est un village touristique de Corrèze. Il s'agit d'un des plus beaux villages de France. © Erwan Gargadennec, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Au XXe siècle, la municipalité obtint le classement de l'église, en 1905, et, en 1927, la création de la Société des amis de Collonges, qui donna le signal du renouveau : ce fut la « seconde Renaissance » de ce village.

À Collonges-la-Rouge, un patrimoine exceptionnel

Vu ce que l'on vient de dire, il y a beaucoup de bâtiments magnifiques à voir :

  • L'église Saint-Pierre a un clocher roman (vers 1100) qui repose sur des arcs robustes et dont la toiture est circulaire ; l'un des étages intermédiaires a une forme octogonale. De style limousin, les voûtes ont été reconstruites au XVe siècle. Le grand donjon fait partie du système défensif de l'église et a été renforcé lors des guerres de Religion (XVIe siècle). Le tympan à l'architecture raffinée, qui date de 1130-1140, est l'œuvre d'artistes limousins réalisant la synthèse entre les écoles de Toulouse et d'Auvergne ; il est en pierre calcaire de Nazareth (près de Turenne).
  • La chapelle des Pénitents date du début du XVe siècle. Elle abrita à partir de 1665 une confrérie (les Pénitents noirs) qui enterraient les morts bénévolement, et ce jusqu'au XIXe siècle. En 1927, la Société des amis de Collonges refit la charpente, la toiture, le rejointoiement des murs et le dallage.
Une rue de Collonges-la-Rouge. © Alertomalibu, CC by-nc 3.0
  • Le château de Benges fut érigé vers 1560. Les pèlerins qui, par Saillac, L'Hôpital Saint-Jean (Sarrazac), Martel et Rocamadour, suivaient leur route vers Cahors ou Agen, puis vers Saint-Jean-Pied-de-Port, Ronceveaux et Compostelle, passaient ici et y trouvaient, entre autres, des renseignements sur leur périple.
  • Le castel de Vassinhac, de 1583, fut construit par la plus puissante famille de Collonges : les Vassinhac. Parmi ses nombreux éléments remarquables, notons deux tours hexagonales, une tourelle en poivrière, une porte d'entrée à accolade et à gorge gothique et croisillon Tudor, des fenêtres à meneaux, des escaliers à hélice. Cet édifice est bien conservé.
Maison de la Sirène. © Sail Over, CC by-nc 3.0
  • La maison de la Sirène, du XVIe siècle, a un toit très particulier : ses lauzes en grès rouge, de 40 x 30 cm, sont disposées de telle façon que seuls 2 à 3 cm de chaque plaque apparaissent. Cette toiture primitive exige de très solides charpentes de châtaignier. Près de sa porte, se trouve la sculpture d'une sirène. Cette maison est le siège de la Société des amis de Collonges. Quatre salles sont dédiées à la conservation du patrimoine du village :
    • musée lapidaire avec instruments aratoires ;
    • les chemins de Saint-Jacques ;
    • collection de fossiles ;
    • mobilier et objets usuels d'autrefois.
  • La halle aux grains et aux vins (XVIe siècle) est pavée de grès rouge et de calcaire ; elle a une charpente d'ardoises et abrite le four banal, toujours utilisé à l'occasion du traditionnel marché d'antan. La « porte plate », toute proche, est l'ancienne entrée de la ville ; elle a conservé ses escaliers, qui menaient au chemin de ronde.
Vue sur Collonges-la-Rouge. © Sylvain Crousillat, CC by-nc 3.0

Maisons et châteaux

  • En face de la maison Boutang du Peyrat, la maison de la Ramade de Friac, à l'extérieur de l'enceinte, possède deux tours de guet. Elle était la propriété des Ramade, qui possédaient le château de Friac, à l'extérieur de Collonges.
  • La demeure des Ramade de la Serre (XVIe siècle), avec sa tour carrée, appartenait quant à elle à une autre branche de cette famille importante dans l'histoire locale.
  • Le manoir de Beauvirie, avec une tour et des tourelles couvertes de lauzes ainsi que des lucarnes à meneaux.
  • Le castel de Maussac (XVIe siècle), avec sa tour carrée, sa fine tourelle en poivrière et son portail à auvent. Dans cet important logis seigneurial s'éteignit, en 1832, la famille de Maussac.
  • Le château du Martret (XVIe siècle), avec une tourelle d'angle, des échauguettes et un toit Louis XIII, domine le bourg de Collonges.
  • La porte du prieuré, ogivale, est une des portes qui fermaient l'enceinte fortifiée comprenant une église et des bâtiments conventuels.
  • La rue Noire et ses maisons bâties en retrait les unes des autres pour faciliter la défense de la ville. Dans cette rue pavée, se trouve l'ancienne maison du comédien Maurice Biraud, qui a joué entre autres dans Un Taxi pour Tobrouk et Le Cave se rebiffe.
  • La place de la Conche, une esplanade avec, en son centre, un lavoir de grès rouge. Chaque été, elle se transforme en théâtre de verdure pour les spectacles organisés par l'association Collonges animations spectacles.

Le site féodal de Curemonte

Non loin de Collonges-la-Rouge, se trouve Curemonte. Il s'agit également d'un des plus beaux villages de France. À voir : l'enceinte du village médiéval de Curemonte contenant deux châteaux, le château de Saint-Hilaire et Plas ainsi qu'une demeure.

Château de Saint-Hilaire et Plas, à Curemonte. © Mossot, CC by-nc 2.0

Cet ensemble, dit « châteaux de Curemonte », construit entre les XIVe et XVIe siècles, est classé au titre des monuments historiques.