Planète

Introduction : explosion cambrienne et processus évolutif du monde animal

Dossier - L'explosion cambrienne, mythe ou réalité ?
DossierClassé sous :paléontologie , géologie , préhistoire

L'explosion cambrienne est le terme classiquement utilisé pour désigner l'apparition soudaine à l'échelle des temps géologiques de la plupart des grands groupes animaux actuels. Alors, mythe ou réalité ?

  
DossiersL'explosion cambrienne, mythe ou réalité ?
 

Les archives paléontologiques montrent que l'apogée de l'explosion cambrienne (l'apparition soudaine à l'échelle des temps géologiques de la plupart des grands groupes animaux actuels comme les phylums tels que les arthropodes et les vertébrés dont nous faisons partie) culmine entre il y a 540 et 520 millions d'années.

L'explosion cambrienne serait la période d'apparition des groupes d'animaux, parmi lesquels nous figurons.

Promissum pulchrum faisait partie des conodontes (Conodonta), des formes denticulées fossiles apparues au Précambrien et disparaissant au Trias, lors d'une extinction commune à la fin de cette période. © Nobu Tamura, CC by-sa 4.0

Recherches sur le monde animal du Précambrien

Toutefois, l'explosion cambrienne n'est probablement que l'ultime étape d'un long processus évolutif amorcé plus tôt encore, dès le Précambrien (Néoprotérozoïque). Cette hypothèse est en partie confirmée par les données moléculaires qui fixent l'origine de nombreux phylums bien avant le Cambrien.

À gauche, en photo, le site de Chengjiang (Chine) ; à droite, les principaux sites à conservation exceptionnelle attestant l'origine précambrienne des métazoaires et leur radiation majeure au Cambrien inférieur (explosion cambrienne : entre il y a 540 et 520 millions d'années). © DR

Les recherches menées en Chine (Programme PICS-CNRS) en collaboration avec une équipe chinoise de Nankin (Nanjing Institute of Geology and Palaeontology) visent à établir une chronologie précise de ces évènements évolutifs sans précédent mais également à reconstituer le fonctionnement des premiers écosystèmes marins.

La plupart des gisements à conservation exceptionnelle étudiés se situent dans les provinces du sud de la Chine (Yunnan, Guizhou), notamment celui de Chengjiang daté du Cambrien inférieur (voir l'image ci-dessus).