Planète

Les herbiers de posidonie face au danger de la plaisance

Dossier - La posidonie, un miracle en Méditerranée
DossierClassé sous :Nature , plante , posidonie

La posidonie n’est pas une algue mais une plante à fleurs sous-marine de Méditerranée. Ses peuplements, qui ressemblent à des prairies, sont en réalité des forêts offrant des services sans équivalent à l’échelle de la planète. Venant du fond des âges, la posidonie a survécu aux pires cataclysmes depuis le temps des dinosaures. Résistera-t-elle à l'Homme moderne ?

  
DossiersLa posidonie, un miracle en Méditerranée
 

Nombreux sont les bateaux de plaisance à caboter l'été en Méditerranée et nombreux sont ceux à s'approcher des côtes de la Riviera française. Et les herbiers de posidonie subissent de plein fouet cette affluence...

Le yachting met en danger les herbiers de posidonie. © Pixaterra, Fotolia

Selon la communauté scientifique, les posidonies représentent 2 % de la surface de la Méditerranée ; elles absorbent à elles seules trois fois plus de carbone qu'une forêt tropicale. L'été, sur la Côte d'Azur, des unités de plaisance, yachts ou palaces flottants, mouillent non loin des côtes. Mais sous leur coque, une forêt de posidonies, poumon et nurserie de la Méditerranée, qui abrite plusieurs milliers d'espèces, à l'image des récifs coralliens. Protégée depuis 1988 par décret national, cette plante à fleur endémique de la Méditerranée se développe à quelques mètres sous la surface de l'eau jusqu'à 20 à 40 mètres de profondeur.

Des ancres par dizaines agrippées aux herbiers de posidonie

En 50 ans, la surface des herbiers de posidonie a diminué de 30 % et cette baisse s'est accélérée ces dix dernières années en raison du développement du yachting. Au mouillage, sous l'effet de la houle et du vent, les bateaux bougent et peuvent faire un tour complet. Les ancres (pouvant peser plus de 500 kg pour les gros yachts) et les chaînes, balayant et ratissant irrémédiablement les fonds, entraînent des dommages physiques sur ces « prairies » subaquatiques jusqu'à détruire en une nuit 2.000 m2 d'herbiers. Ces derniers mettront des siècles à retrouver leur vigueur.

Zones protégées : entre méconnaissance et respect

Il existe des zones protégées, mais elles ne sont pas toujours respectées. Sont-elles connues ? Toujours est-il qu'une fois l'information portée à la connaissance des plaisanciers, ces derniers sont conviés à s'éloigner des espaces où se trouve cet écosystème fragile. Et s'ils ne quittent pas la zone, ils s'exposent à une amende de l'ordre de 15.000 euros, mais tous n'acceptent pas... Les herbiers de posidonie sont pourtant un rempart naturel contre le réchauffement climatique.