Planète

Un miracle fragile

Dossier - La posidonie, un miracle en Méditerranée
DossierClassé sous :Nature , plante , posidonie

La posidonie n’est pas une algue mais une plante à fleurs sous-marine de Méditerranée. Ses peuplements, qui ressemblent à des prairies, sont en réalité des forêts offrant des services sans équivalent à l’échelle de la planète. Venant du fond des âges, la posidonie a survécu aux pires cataclysmes depuis le temps des dinosaures. Résistera-t-elle à l'Homme moderne ?

  
DossiersLa posidonie, un miracle en Méditerranée
 

La posidonie n'est pas une « petite nature ». Ce n'est pas par hasard si elle a traversé les temps géologiques. Ce n'est pas non plus par hasard si elle domine le littoral méditerranéen, d'est en ouest et du nord au sud. Sur le long terme, et en l'absence d'impact de l'Homme, elle est imbattable. Pourtant, sur le court terme, elle est vulnérable.

Posidonie sur la plage. © Joanbanjo, Wikimedia, CC by-sa 3.0

Posidonie sur la plage. © Joanbanjo, Wikimedia, CC by-sa 3.0

La croissance très lente de la posidonie, sa morphologie, sa stratégie de gestion de l'azote et d'exploitation des écosystèmes limitrophes, sortes de rouleaux compresseurs vis-à-vis des compétiteurs sur le long terme, dans une mer oligotrophe (naturellement pauvre en sels nutritifs tels que l'azote) constituent des handicaps sur le court terme.

Figure 9.1. La limite inférieure de l’herbier de posidonie, à Bastia, en Corse. Elle ne se situe qu’à 28 m de profondeur, alors qu’elle atteint généralement 35 à 40 m en Corse. Au premier plan, des mattes mortes (plus ou moins enfouies sous du sédiment) ont remplacé l’herbier. © Sandrine Ruitton - Tous droits réservés - Reproduction interdite

Figure 9.1. La limite inférieure de l’herbier de posidonie, à Bastia, en Corse. Elle ne se situe qu’à 28 m de profondeur, alors qu’elle atteint généralement 35 à 40 m en Corse. Au premier plan, des mattes mortes (plus ou moins enfouies sous du sédiment) ont remplacé l’herbier. © Sandrine Ruitton - Tous droits réservés - Reproduction interdite

Régression de l'herbier de posidonie

L'herbier de posidonie a régressé au voisinage des grands centres industrialo-portuaires, tels que Barcelone, Marseille, Gênes, Naples, Athènes et Alger. La cause en est principalement le recouvrement sous les aménagements littoraux (ports, terrepleins) et la pollution aigüe.

L'herbier a également régressé, vers sa limite inférieure, dans une grande partie de la Méditerranée, en raison des chalutages, théoriquement interdits (distance à la côte, profondeur), mais dont l'interdiction est peu respectée.

Quand le grand public pense aux « zones de non-droit », il pense à certaines banlieues de grandes villes ; il ignore que les espaces côtiers sont également une zone de non-droit, pour des raisons diverses (difficulté de la surveillance, manque de moyens de surveillance et/ou tolérance délibérée). D'autres impacts sont à considérer : impact des ancres (surtout quand il s'agit de bateaux de grande taille, tels que les bateaux de croisières), espèces exotiques invasives, fermes aquacoles, etc. (Figure 9.1).

Figure 9.2. Un herbier de posidonie en grande partie détruit, sous des cages d’élevage de poissons, en Corse. Quelques bouquets de feuilles survivent, au milieu des rhizomes morts qui émergent comme des moignons. Deux girelles Coris julis sont de passage. Photo © Gérard Pergent, avec son aimable autorisation. Tous droits réservés - Reproduction interdite

Figure 9.2. Un herbier de posidonie en grande partie détruit, sous des cages d’élevage de poissons, en Corse. Quelques bouquets de feuilles survivent, au milieu des rhizomes morts qui émergent comme des moignons. Deux girelles Coris julis sont de passage. Photo © Gérard Pergent, avec son aimable autorisation. Tous droits réservés - Reproduction interdite

On a souvent considéré l'herbier de posidonie au travers de sa seule extension cartographique. Cette vision était nécessaire, et le reste, mais est aujourd'hui complétée, dépassée, par l'approche écosystémique. Un herbier de posidonie dont l'espèce édificatrice, Posidonia oceanica, paraîtrait en bonne santé, mais dont les principaux compartiments fonctionnels (Figure 5.1) seraient gravement dégradés, ne mériterait pas le nom « d'écosystème posidonie » en bon état écologique (GES : Good Ecological Status, selon la nomenclature européenne) (Figure 9.2).

Figure 9.3. À gauche : un écosystème posidonie en bon état de fonctionnement (GES = Good Ecological Status). Les téléostéens (pois-sons), oursins et épibiontes des feuilles sont figurés. À droite, un éco-système posidonie où l’espèce édificatrice, Posidonia oceanica, est présente, mais où les autres compartiments fonctionnels sont gravement appauvris. © Charles-François Boudouresque - Tous droits réservés - Reproduction interdite

Figure 9.3. À gauche : un écosystème posidonie en bon état de fonctionnement (GES = Good Ecological Status). Les téléostéens (pois-sons), oursins et épibiontes des feuilles sont figurés. À droite, un éco-système posidonie où l’espèce édificatrice, Posidonia oceanica, est présente, mais où les autres compartiments fonctionnels sont gravement appauvris. © Charles-François Boudouresque - Tous  droits réservés - Reproduction interdite