Planète

Une bâtisseuse

Dossier - La posidonie, un miracle en Méditerranée
DossierClassé sous :Nature , plante , posidonie

La posidonie n’est pas une algue mais une plante à fleurs sous-marine de Méditerranée. Ses peuplements, qui ressemblent à des prairies, sont en réalité des forêts offrant des services sans équivalent à l’échelle de la planète. Venant du fond des âges, la posidonie a survécu aux pires cataclysmes depuis le temps des dinosaures. Résistera-t-elle à l'Homme moderne ?

  
DossiersLa posidonie, un miracle en Méditerranée
 

La posidonie comporte des rhizomes terminés par des bouquets de feuilles en lanière. Les feuilles, très denses (plusieurs milliers par m²) piègent des sédiments. Les rhizomes réagissent à l'ensevelissement par une croissance verticale. Le fond s'élève donc. On nomme matte l'ensemble des rhizomes, pratiquement imputrescibles, et du sédiment qui colmate les interstices (figures 4.1 et 4.2).

Sur la plage de l'Almadrava, des résidus de posidonie. © Joanbanjo, Wikimedia, CC by-sa 4.0

La montée de la matte, au-dessus du fond initial, est comprise entre 10 cm et 1 m par siècle. L'épave romaine du golfe de Giens (Provence orientale), datée du 1er siècle avant notre ère, avec son millier d'amphores contenant du vin italien, a ainsi été enfouie (et préservée) sous 3 m de matte.

Figure 4.1. Les schémas de la matte (figure 4.2) minimisent la densité des rhizomes, pour des raisons graphiques. En réalité, leur densité est très élevée. La quantité de carbone séquestré est donc considérable. © Sandrine Ruitton - Tous droits réservés - Reproduction interdite

En mode battu, l'hydrodynamisme empêche l'herbier de s'approcher de la surface. L'herbier est détruit et il en résulte une pénéplaine de « matte morte ». Dans les baies abritées, en revanche, l'herbier s'approche de la surface et édifie un « récif-frangeant ». Au cours du temps, comme dans les récifs coralliens, le récif-frangeant progresse vers le large et devient un « récif-barrière », isolant un lagon.

Figure 4.2. Les rhizomes de posidonie réagissent à l’ensevelissement par le sédiment, piégé par les feuilles, par une croissance verticale. Au cours du temps (a, b, c et d), la matte s’élève au-dessus du fond initial. En orange, les rhizomes vivants ; en rouge, les rhizomes morts ; en jaune : le sédiment qui colmate les interstices ; en vert : les feuilles vivantes. © Charles-François Boudouresque - Tous droits réservés - Reproduction interdite

La matte, un piège à carbone

Au sein de la matte, du carbone est piégé, séquestré de façon durable. Cela signifie qu'il peut y demeurer pendant des millénaires, et même des millions d'années. Il sera alors intégré dans la genèse des hydrocarbures. Quelques millions d'années plus tard, ce sera le pétrole que l'Homme extraira, pour son bien (l'énergie) et pour son mal (le CO2 rejeté, l'effet de serre et le réchauffement du climat).

Autour de la Méditerranée, certains gisements de pétrole (Algérie, Tunisie, Libye) correspondent à d'anciens herbiers de posidonies. Il convient toutefois de souligner que d'autres peuplements que les herbiers ont été à l'origine, au cours des temps géologiques, de gisements d'hydrocarbures.

À voir aussi :