En 100 millions d'années, de nombreuses espècesespèces sont nées sur notre planète, d'autres ont disparu. Les posidonies, elles, sont restées identiques, défiant l'évolution, du moins en apparence...

Tortue nageant au-dessus de la posidonie. © Seaphotoart Carey, Fotolia
Tortue nageant au-dessus de la posidonie. © Seaphotoart Carey, Fotolia

La vie est née dans l'océan, il y a 3.850 à 3.500 millions d'années (Ma). Elle y restera cantonnée jusqu'à une époque relativement récente, en raison des effets mortels des rayons ultra-violet, en l'absence de couche d'ozonecouche d'ozone. Ces contraintes étant levées, elle conquiert les continents, il y a environ 475 Ma, à l'OrdovicienOrdovicien. Dans ce nouvel environnement, l'évolution est rapide et spectaculaire ; elle aboutit en particulier aux plantes à fleurs et aux mammifèresmammifères.

Il y a 100 à 60 millions d'années, des plantes à fleurs terrestres, qui ressemblaient aux joncs actuels, retournent au milieu marin, d'où venaient leurs lointains ancêtres. Ce sont en particulier les zostères et les posidonies (Figure 2). Longtemps après, des mammifères terrestres suivront le même chemin ; ils sont devenus des phoques (qui partagent les mêmes ancêtres avec les loups), des baleines et des dauphins (qui partagent les mêmes ancêtres avec les hippopotames) et des lamantinslamantins (mêmes ancêtres que les éléphants).

Figure 2. <em>Posidonia perforata</em>. Cette espèce vivait dans une mer peu profonde, à l’emplacement actuel de la Belgique, il y a environ 60 millions d’années. En haut à gauche : extrémité de feuilles ; à droite et en bas : rhizomes avec écailles (bases des feuilles après la chute des limbes). Cette posidonie fossile est étrangement proche, par son aspect, des posidonies actuelles. © D’après Saporta et Marion (1877), DP
Figure 2. Posidonia perforata. Cette espèce vivait dans une mer peu profonde, à l’emplacement actuel de la Belgique, il y a environ 60 millions d’années. En haut à gauche : extrémité de feuilles ; à droite et en bas : rhizomes avec écailles (bases des feuilles après la chute des limbes). Cette posidonie fossile est étrangement proche, par son aspect, des posidonies actuelles. © D’après Saporta et Marion (1877), DP

La posidonie a survécu à une Méditerranée asséchée

En 100 millions d'années, le visage de la planète a été bouleversé. Les dinosaures ont disparu, les mammifères et les oiseaux ont pris la relève. Mais les posidonies sont restées identiques, du moins en apparence ; un plongeur d'aujourd'hui, rencontrant Posidonia cretacea ou P. perforata, ne les distinguerait pas de l'actuelle Posidonia oceanica. Les posidonies étaient-elles d'emblée si parfaites qu'elles ont résisté au temps, du moins pour ce qui concerne leur aspect ?

Il y a environ 5 millions d'années, la communication de la Méditerranée avec l'Atlantique s'est fermée. La Méditerranée s'est plus ou moins asséchée. La plupart des espèces qui la peuplaient ont disparu, sauf la posidonie. Par quel miracle ? On en discute, sans que l'on sache bien comment : un refuge en Méditerranée, où la salinitésalinité serait restée proche de 38 ? Un refuge dans le proche Atlantique ou en mer Noire, régions actuellement incompatibles avec ses exigences écologiques ?