Planète

Le cristal de Baccarat : la cristallerie et le musée

Dossier - Tourisme en Lorraine
DossierClassé sous :géographie , cristal , Baccarat

La Lorraine est une région riche : il n'y a pas que les mines, maintenant fermées, il n'y a pas que Verdun, et sa bataille tristement célèbre. Le territoire est surprenant de découvertes et d'activités. La nature mais aussi le cristal, la céramique, les émaux, la géologie, sans oublier la mirabelle sont autant d'atouts pour la Lorraine !

  
DossiersTourisme en Lorraine
 

Le cristal de Baccarat est mondialement connu. La cristallerie est située en Lorraine (Meurthe-et-Moselle) et comprend un musée de toute beauté.

L'histoire de Baccarat est intimement liée à celle du cristal.

Histoire du cristal

La région de la Bohême, en Allemagne, crée à la fin du XVe siècle un nouveau verre plus épais et plus dur, à partir du léger verre vénitien : le cristal de Bohême. Elle produit également du verre à vitre. Au XVIIe siècle, en Angleterre, les verriers n'utilisent plus de bois mais du charbon pour chauffer les fours.

Des modifications pour garder la même qualité de verre conduisent à la fabrication d'un verre lourd à base de silice et d'oxyde de plomb (24 à 30 %), d'une grande pureté et d'un éclat encore jamais atteint : le cristal.

Le cristal de Baccarat est prestigieux. © Anna Baburkina, Shutterstock

Les premières verreries dont on ait gardé trace dans le massif des Vosges du Nord remontent au XVsiècle, mais il est vraisemblable que dès l'époque gallo-romaine, des ateliers existaient déjà. L'implantation des verreries est étroitement liée à la réunion géographique de matières premières indispensables : bois pour les fours, sable, fougères et eau.

Cristal de Baccarat ; œuvre présentée au musée du cristal. © DR

Fabrication du cristal

Les verriers se déplaçaient d'ailleurs en fonction des approvisionnements, construisant des sortes de huttes à proximité de parcelles de forêt. Ces verreries étaient souvent communes à plusieurs familles qui partageaient le même four... mais pas leurs secrets de fabrication !

Dans les temps anciens, on utilisait, pour une meilleure fusion, de la potasse obtenue à partir de cendres de bois décomposé, de bruyère et de fougères. Dans une petite bassine, la « fritte », on fondait de petites quantités de verre assemblées ensuite dans un plus grand récipient. Il était en effet plus facile de refondre du verre qu'une grande quantité de silice.

Cristalleries de Lorraine

À voir aussi à ce propos en Lorraine :

  • Saint-Louis-lès-Bitche : ancienne verrerie royale sous Louis XV, la cristallerie de Saint-Louis mit au point en 1779, pour la première fois sur le continent, la technique du cristal au plomb. Il est possible de visiter la grande halle et les ateliers ;
  • La maison du verre et du cristal de Meisenthal ;
  • La cristallerie de Vallérysthal ;
  • La cristallerie de Hartzviller.
Silhouette d'une carafe de Baccarat. © DR

Histoire de Baccarat

Source : office du tourisme de Baccarat.

Vers 1600, le commerce du bois est lucratif et on en vend jusqu'à Nancy. Et ceci jusqu'en 1760, date à laquelle la saline de Rosières, principale cliente de Baccarat et grosse consommatrice de bois, ferme. Alors, l'évêque de Metz songe à une verrerie. Monseigneur de Montmorency Laval présente une requête à Louis XV : « La France manque de verreries d'art, c'est pour cela que les produits de Bohême y entrent en si grand nombre, d'où il suit une exportation étonnante de deniers à un moment où le royaume en aurait un si grand besoin pour se relever de la funeste guerre de sept ans ». La requête est agréée le 16 octobre 1764.

En 1764, Antoine Renaut installe à Baccarat, la verrerie Sainte-Anne. Le premier four à cristal y fut allumé en 1816 sous la direction d'Aimé-Gabriel d'Artigues, ancien directeur de la cristallerie Saint-Louis. L'usine a droit à quatre fours et fabrique du verre à vitre et des verres de table. Les maîtres verriers ont la qualité de gentilshommes et portent l'épée. La verrerie s'installe sur la rive droite de la Meurthe, en face de Baccarat. En 1766, à la mort de Stanislas, Baccarat et Deneuvre sont incorporées à la France : un pont devient alors indispensable.

Au début du XIXe siècle, les guerres de Napoléon et le blocus sont très défavorables à la verrerie qui éteint deux fours en 1814. En 1816, Monsieur d'Artigues rachète l'usine. Autorisé par le roi Louis XVIII, il met en service quatre fours et ne fabrique que du cristal au plomb. En 1817, avec 300 verriers on crée de nouveaux ateliers (poterie et taillerie). Dans les années 1820, la renommée de Baccarat traverse les frontières grâce aux grandes Expositions universelles. « Jamais on n'a vu quelque chose d'aussi beau ! », s'était écrié le roi Charles X en 1827. Puis, en 1881, elle prend le nom de « Compagnie des Cristalleries ». Et Baccarat s'agrandit. Le 10 mars, 1853, Baccarat est déclaré ville par le tribunal de Lunéville.

Cristal de Baccarat. © DR

Composition du cristal

Le cristal clair et transparent est obtenu par la fusion à haute température, pendant 36 heures, d'un mélange de :

  • trois parts de silice ;
  • deux parts d'oxyde de plomb ;
  • une part de potasse d'Alsace ;
  • quelques fondants.

Cette dernière s'effectue à 1.450° environ. La dénomination de cristal exige au moins 24 % de plomb. Le Baccarat est le cristal le plus pur et contient 31.7 % de plomb. Créée en 1855, cette marque déposée est actuellement réalisée par un marquage indélébile au jet de sable.

Le musée du cristal, à Baccarat

Le musée du cristal à Baccarat vous invite à découvrir les plus beaux chefs-d'œuvre réalisés à l'occasion de ces grandes expositions, du candélabre de 5 m de haut au temple de cristal en forme de rotonde, ainsi que le lustre de 230 lumières réalisé en 1994 à l'occasion du 230e anniversaire de la verrerie.