Planète

Le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller et le transport fluvial

Dossier - Tourisme en Lorraine
DossierClassé sous :géographie , cristal , Baccarat

La Lorraine est une région riche : il n'y a pas que les mines, maintenant fermées, il n'y a pas que Verdun, et sa bataille tristement célèbre. Le territoire est surprenant de découvertes et d'activités. La nature mais aussi le cristal, la céramique, les émaux, la géologie, sans oublier la mirabelle sont autant d'atouts pour la Lorraine !

  
DossiersTourisme en Lorraine
 

La visite du plan incliné de Saint-Louis-Arzviller, dans le département de la Moselle, est l'occasion d'en apprendre davantage sur l'histoire du transport fluvial.

Ouvrage technique pharaonique, le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller est l'un des sites les plus visités en Lorraine. Véritable prouesse technique, cet ingénieux système a permis de renforcer le trafic fluvial entre Paris et Strasbourg.

Deux vedettes permettent aux visiteurs d'embarquer pour une croisière en empruntant le dispositif : sensations garanties car le chariot bac se déplace dans un silence étonnant au vu des énormes installations.

Le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller, en Moselle. © Tommapson, DP

Avant d'en venir à l'ouvrage lorrain en lui-même, découvrons tout d'abord les débuts de la construction fluviale, avec la construction d'ouvrages tels que les barrages, les écluses, les ponts-canaux, les ponts-levis et les ascenseurs à bateaux.

Les écluses

Les écluses sont, pour les péniches, comme des marches d'escalier. Elles sont d'autant plus nombreuses que la pente est importante (la raison de leur nombre vient aussi du fait qu'autrefois, il était plus facile de construire une ou deux écluses de plus plutôt qu'une seule plus haute et difficile à creuser avec pelles et pioches).

Lire aussi au sujet des écluses notre page de dossier concernant le canal de Briare, dans le Loiret.

Le touage souterrain de Riqueval, sur le canal de Saint-Quentin (Aisne)

Dans le souterrain de Riqueval, sur le canal de Saint-Quentin, dans l'Aisne (Picardie), ouvert en 1812 et inauguré par Napoléon Ier, les mariniers tiraient leur bateau sur 6,6 kilomètres puis, avec l'arrivée de la vapeur, vint le toueur, qui devint plus tard électrique. On appelait « la rame » la quinzaine de bateaux tirés par les chevaux puis le toueur. Le touage souterrain de Riqueval est toujours opérationnel et est devenu un centre d'intérêt touristique.

Les ponts-levis et ascenseurs à bateaux

Lorsqu'il est impossible de construire des ponts en surélévation, on installe des ponts-levis afin de permettre le passage des véhicules et des piétons.

Pont-levis. © DR

Les plans inclinés, comme celui de Saint-Louis-Arzviller, remplacent ensuite les ascenseurs à bateaux (voir photo ci-dessous).

Ascenseur à bateaux. © DR

Le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller

Situé entre le plateau lorrain et la plaine d'Alsace, sur le canal de la Marne au Rhin, le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller est un ouvrage remplaçant 17 écluses se succédant sur environ 4 kilomètres. Ce trajet qui demandait une journée de navigation est réduit à 20 minutes.

D'un dénivellement de 44,50 mètres entre les deux chenaux, d'une rampe de 108,6 mètres de long en pente de 41 %, d'un bac de 41,5 mètres de long, de 5,50 mètres de large, de 3,20 mètres de profondeur et d'un poids de 900 tonnes, le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller est unique en son genre en Europe.

Il a été mis en service le 27 janvier 1969. En une journée, 39 bateaux peuvent y passer quand il n'y a qu'un bac et 78 lorsqu'il y a deux bacs.

Le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller. © Philippe Dufour, tous droits réservés

Seules deux autres réalisations de ce genre existent :

  • à Krasnojarsk, sur l'Ienessei, en Russie ;
  • à Ronquières, sur le canal de Charleroi, à Bruxelles.

Cependant, elles sont de type longitudinal.

Vue satellites du plan incliné. © Via Google maps

Depuis 1853, date de la mise en service du canal de la Marne au Rhin, les bateaux passaient par la vallée du Teigelbach au moyen de l'échelle d'Arzviller qui a constitué, de tout temps, une sorte d'étranglement que les bateliers abordaient avec inquiétude : une journée était nécessaire pour franchir la vallée.

Le plan incliné de Saint-Louis-Arzvillera été mis en service le 27 janvier 1969.© Philippe Dufour, tous droits réservés

Principe et fonctionnement du plan incliné de Saint-Louis-Arzviller

Si le bac se déplaçait verticalement (en le tirant avec des treuils par exemple), comme un ascenseur, la force à exercer serait très importante et plus la force nécessaire pour déplacer le bac est grande, plus l'installation mécanique et électrique devra être importante. Il est donc préférable de diminuer le plus possible la force nécessaire pour déplacer le bac.

Schéma de la structure. © DR

Le plan incliné permet de déplacer le bac plus facilement sur des rails mais la distance est plus importante et dépend de l'angle d'inclinaison. Le fait de faire passer les câbles sur une poulie ne change pas la force nécessaire. On attache aux câbles une masse identique à celle du bac.

Le contrepoids. © DR

Le bac et les contrepoids ont la même masse : le système est en équilibre. Pour faire monter ou descendre le bac, il suffit de faire tourner les tambours. Lorsqu'un bateau entre dans le bac, le bac a toujours la même masse : c'est le principe d'Archimède qui explique ce phénomène. L'eau ne déborde pas du bac lorsqu'un bateau y entre mais le volume déplacé va s'étendre sur la superficie du canal.