Sciences

En bref : bientôt une mémoire en cristal comme Superman

ActualitéClassé sous :physique , laser femtoseconde , verre

L'humanité archivera-t-elle sa mémoire dans des cristaux ? Peut-être, si l'on croit à l'avenir d'une technologie permettant d'inscrire, grâce à un laser, des informations dans du verre (et non un cristal) sous forme de nanostructures et ce pour au moins un million d'années. Voilà qui fait penser aux cristaux-mémoire en usage sur la planète Krypton, terre d'origine de Superman.

Cette échantillon de cristal de roche fait penser aux cristaux mémoires du Superman de Richard Donner en 1978. On peut désormais imaginer stocker des informations dans des objets en verre taillés pour leur ressembler. © L.Carion-www.carionmineraux.com

Le « Superman memory crystal ». Voilà le nom qu'ont donné les chercheurs de l'University of Southampton au nouveau système de stockage d'informations qu'ils viennent de mettre au point, en collaboration avec leurs collègues de l'Eindhoven University of Technology. Ce qui peut se traduire par le « cristal-mémoire de Superman ». Il s'agit bien évidemment d'une référence à la civilisation de Krypton mise en scène non pas dans le Man of Steel de Zack Snyder, mais dans le Superman de Richard Donner en 1978. Si la version de 2013 fait la part belle à la nanotechnologie, celle de 1978 imaginait que les connaissances de Krypton - et probablement aussi une copie de l'esprit du père de Superman - étaient stockées dans un cristal. Quand on sait que l'on envisage de stocker les qubits de calculateurs quantique dans du diamant, l'idée n'est pas si absurde.

La technologie de la mémoire sur laquelle travaillent les physiciens de l'Optoelectronics Research Centre (ORC) de l'University of Southampton n'est pas quantique. Cette mémoire est simplement stockée sur une sorte de verre possédant des nanostructures, et ce n'est pas la première fois qu'ils en réalisent de ce type. Les informations sont inscrites et lues à l'aide d'un faisceau laser femtoseconde. L'espace des paramètres permettant de coder l'information est à cinq dimensions, car il est relié à la taille et l'orientation, en plus de la position en trois dimensions de nanostructures. Celles-ci se présentent sous forme de  trois couches de points nanostructurés séparés par cinq micromètres (un millionième de mètre).

Selon les chercheurs, grâce à la mise au point de cette nouvelle technologie de mémoire, on pourrait stocker jusqu'à 360 térabits sur un disque, soit environ 100 fois plus que les disques actuels, pendant au moins un million d'années. À titre de comparaison un disque Blu-ray peut stocker 23,5 Go et dure environ sept ans. On comprend que de telles capacités de stockage, avec un disque qui de plus résiste au feu, va sûrement intéresser des archives nationales ou nous aider à conserver la mémoire de l’humanité pour des siècles.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi