Planète

Phare du Four : un enfer pour les navigateurs

Dossier - Tourisme dans le Finistère : entre terre et mer
DossierClassé sous :géographie , bretagne , mer d’Iroise

Terre sauvage qui a su dompter la nature avec une faune rare et abondante, le Finistère est résolument tourné vers la protection de son territoire terrestre et maritime. Le département abrite oiseaux, phoques gris mais aussi phares et sites géologiques.

  
DossiersTourisme dans le Finistère : entre terre et mer
 

À environ deux kilomètres de la presqu'île de Saint-Laurent, sur la commune de Porspoder, se dresse le phare-donjon du Four, aussi connu sous le nom de phare du Four d'Argenton.

Phare du Four à Porspoder. © Jean-Marie Muggianu, Flickr, CC by-nc 2.0

Le phare du Four à Porspoder

Le phare du Four porte le nom de « Four » en raison de la dangerosité du chenal par lequel les marins longeaient les côtes du Léon. Il fait front à la presqu'île Saint-Laurent. Bâti en mer, à deux kilomètres des côtes, il a été mis en service à partir de 1874.

Sa hauteur au-dessus du sol est de 28 mètres et au-dessus des hautes mers de 31 mètres. Son feu, qui compte cinq éclats de 15 secondes, a une portée lumineuse de 24,5 milles (45 km). Il a été automatisé en 1993. Il est contrôlé à partir de l'île Vierge. Le phare du Four n'a pas de gardien et ne se visite pas.